4jours

de marche

40km

parcourus

2750m

D+

2jours

de pluie...

Voilà quelques temps que nous voulions découvrir les Pyrénées et notamment le Parc National (Lien vers le site du Parc). Nous avons donc profité de nos vacances estivales pour y randonner quatre jours depuis Cauteret vers Gavarnie . Un petit trek entre lacs, refuges et cols somptueux.


Notice: Undefined variable: avg_cad in /home/summitcaow/www/wp-content/plugins/wp-gpx-maps/wp-gpx-maps.php on line 300
Télécharger

Jour 1 - De Cauteret au Lac d'Estom


Nous sommes arrivés la veille à Cauteret. La ville est sympathique et bien active. Elle a également l’avantage d’être facilement accessible en train (avec un peu de bus à la fin). Dernier petit restaurant et surtout dernière nuit au chaud avant d’attaquer 4 jours en montagne.

Remarque sur la durée de la rando : nous avons choisi de prendre notre temps durant cette traversée et de savourer la montagne. Certaines journées, notamment la troisième, sont donc relativement courtes mais cela fait de bien de ne pas avoir à courir. La traversée doit être réalisable en 2 jours je pense en y allant à un bon rythme.

Nous sommes donc prêt pour monter au lac d’Estom en cette matinée. Le temps est à la grisaille et il ne fait pas très chaud. Nous rejoignons le début du chemin qui se trouve proche de l’intersection de l’Avenue du Mamelon Vert et de l’Avenue Charles Thierry (coordonnées GPS : 42°53’17.7″N 0°06’58.2″W). Le début du chemin grimpe au dessus de la ville dans le sous-bois. Nous sommes accompagnés de quelques randonneurs matinaux.

La section jusqu’à la La Raillière (1050m) ne présente pas un grand intérêt, on suit la route d’un peu plus haut sur un sentier « aseptisé ». L’arrivée à l’établissement thermale nous immerge dans une vraie foule. C’est la zone de départ pour le fameux Lac de Gaube. De notre côté nous bifurquons vers la montée du Lac d’Estom, il y a encore pas mal de monde avec nous.

La végétation change peu à peu, il y a à présent moins de feuillus et plus de conifères. Nous suivons la Gave de Lutour, le paysage est plus joli à présent mais le ciel se fait de plus en plus menaçant…

Après quelques temps nous passons vers la Fruitière qui marque la fin de la route. Nous rejoignons enfin des zones moins « civilisées ». Nous nous arrêterons un peu plus loin pour casser la croûte à côté de la rivière et avec un troupeau de vache pour l’animation. Il a toujours pas mal de monde sur le chemin.

La fin de la montée vers le lac se fera sous la pluie. Cette portion sera longue, c’est notre première journée de marche depuis longtemps, les sacs pèsent et la météo n’arrange rien. Sous le soleil la montagne doit être belle mais en l’occurrence on en profite pas trop.

Nous profiterons du petit Refuge pour se réchauffer un peu avec un thé. Ils sont complet ce soir, nous dormirons donc sous la tente. Nous l’installons un peu sous le refuge afin d’être à l’abri du vent cette nuit. On est pas trop mal même si ce n’est jamais drôle de bivouaquer sous la pluie mais ça fait partie du jeu…

Au final, une première bonne journée avec ce qu’il faut de dénivelé et des conditions météos peu sympathiques… Espérons que demain soit mieux, on verra.

Jour 2 - Du Lac d'Estom  aux Oulettes de Gaube par le Col d'Arraillé


Une bonne nuit froide et humide comme on les aime… Le réveil n’est pas des plus agréable ce matin et on préférerait rester au chaud dans le duvet mais bon il faut y aller…

Il ne pleut pas pour l’instant mais le ciel est totalement couvert et gris. Une fois en route on attaque la montée vers le Col d’Arraillé (2583m), le sentier offre une belle vue sur le lac aux eaux vertes.

La météo se gâte au fur et à mesure, les températures chutent, on se retrouve vite dans la brouillard et les quelques personnes que nous croisons nous disent qu’il y a de la neige fraîche au col… Rapidement, nous serons sous nos premiers flocons… L’ambiance est morose, nous n’avons pas très bien dormi, il fait à présent vraiment froid et il neige au moins d’août… le Charme de la Montagne !

Nous arrivons enfin au Col ! La montée a paru interminable avec ce temps … Il a bien un petit peu de neige en haut mais rien de méchant. Malheureusement, le brouillard nous bouche toute la vue qui doit pourtant être belle par beau temps.

Nous entamons la descente après une petite pause repas. On perd vite de l’altitude et ce versant est un peu plus abrité on se réchauffe donc un peu. Nous avons même droit à nos premiers rayons de soleil depuis notre départ de Cauteret… Le temps a l’air de vouloir changé mais c’est timide pour l’instant. Nous ne sommes pas les seuls à apprécier un peu de chaleur comme en témoigne notre rencontre avec une Marmotte peu farouche.

Nous arriverons rapidement au Refuge des Oulettes de Gaubes, c’est un endroit superbe ! Les Oulettes s’étendent au pied du Vignemale dans une sorte de mini vallée cernée de hautes murailles.

Nous ferons une pause au refuge avant d’aller monter la tente dans les espaces prévus à cet effet à l’ouest des Oulettes. Il n’y a pas grand monde pour l’instant mais il y aura pas mal de tentes ce soir.

Une fois la tente montée nous avons la visite d’un curieux qui a bien compris que les randonneurs sont généreux en pommes ou d’autres friandises !

La météo en fin de journée sera changeante avec quelques passages ensoleillés mais surtout de la grisaille et de la pluie. Les températures ont également beaucoup chuté ce soir. Nous nous emmitouflons donc dans la tente en espérant passer une nuit pas trop froide.

Dommage que la météo est été si moche aujourd’hui mais on a tout de même fait une bonne journée de marche et les Oulettes sont très belles. En fin de soirée, la face du Vignemale jouera à cache cache avec nous, nous offrant de belles images.

Jour 3 - Des Oulettes de Gaube au Refuge de Bayssellance


La nuit a été difficile ! Il a fait très froid comme en témoigne notre tente toute recouverte de glace ce matin. J’avais pris pour ma part un duvet plutôt typé été (confort 5-10°C) j’ai donc dû dormir avec la doudoune pour gagner en confort. Heureusement Hélène avait un bon duvet confort 0°C.

Il a fait froid mais ce matin, Ô bonheur, il fait grand beau !!! Nos premiers rayons de soleil après 2 jours de mauvais temps quel bonheur ! Les Oulettes de Gaube révèlent toute leur beauté sous les rayons matinaux. La face nord du Vignemale est superbe. Tout cela fait du bien au moral.

Nous sortons toutes nos affaires que nous mettons à sécher sur un grand rocher. Après 2 jours de pluie tout était humide. Nous enchaînons avec le petit déjeuner que nous partageons avec un autre couple de campeur. On sent bien que ce matin tout le monde prend son temps pour profiter de la météo.

Nous ne nous pressons pas pour plier le camp et ce n’est qu’à 11h que nous reprenons la route direction le refuge de Baysselance. C’est une petite journée en perspective mais comme je l’ai dit en introduction nous voulions profiter de la montagne et de ses paysages grandioses et nous ne serons pas déçus le soir venu.

Première étape, reprendre la route de la veille et rejoindre la bifurcation que nous avions pris sous le col d’Arraillé. Il y a un peu de monde sur le chemin mais c’est raisonnable. On s’arrête souvent prendre des photos car nous voyons enfin à plus de 200m ! On découvre en contrebas le Lac de Gaube et en face de nous les magnifiques roches rouges des montagnes fermant l’ouest des Oulettes.

Une fois la bifurcation dépassée, la montée se fait plus raide mais la vue sur le Vignemale et le petit glacier qui résiste tant bien que mal motive bien et nous fait avancer.

Nous arriverons finalement assez rapidement à l’Hourquette d’Oussoue (2734m) avant de redescendre vers le refuge de Baysselance (2651m). Nous découvrons une toute nouvelle vue qui s’étend à présent vers l’Est avec au loin Gavarnie. L’emplacement du refuge est superbe.

Nous croisons pas mal de personnes qui ont fait le chemin depuis le barrage d’Oussoue pour gravir le Petit Vignemale et ses 3032m.

Notre arrivée au refuge sera accompagnée d’une bonne omelette au fromage et d’une belle part de tarte ! Ça change des lyophilisés. L’équipe du refuge est très sympa.

Nous sommes en début d’après midi et nous profitons du soleil.

Nous irons finalement monter la tente un peu à l’écart, proche de la falaise, sur un promontoire qui nous offre une vue absolument merveilleuse sur la Montagne avec, au loin, le cirque de Gavarnie.

La soirée sera magique. Ce ne sera qu’une succession de lumières changeantes, de jeu d’ombres, de nuages aux formes fabuleuses. Un de mes plus beau bivouac en terme scénique et quel bonheur d’avoir enfin cette météo !

Nous nous endormirons donc au dessus d’une mer de nuage rougeoyante pour une nuit encore bien fraîche en perspective.

Jour 4 - Ascension du Petit Vignemale et descente à Gavarnie


La nuit a été froide mais rien de bien méchant. Le programme de la journée est chargé : ascension du Petit Vignemale (3034m) et ensuite longue route jusqu’à Gavarnie.

Pour l’ascension nous voyagerons léger : nous laissons les sacs au refuge pour simplement prendre de l’eau et nos appareils photos. Le temps est au grand beau, c’est parfait !

Première étape rejoindre l’Hourquette d’Oussoue à 100m au dessus du refuge, c’est chose rapidement faite. On oblique ensuite sur la gauche pour suivre un ensemble de sentiers plutôt clair en direction du sommet. Il est tôt nous ne sommes que deux groupes à faire la montée pour l’instant.

Le sentier est assez rocailleux, il faut faire attention à ne pas se prendre une pierre qui pourrait venir du dessus ou bien en décrocher sur les camarades en dessous.

Nous arriverons au sommet en à peine une heure. La vue d’ici est absolument magnifique ! Au nord les Oulettes de Gaube qui s’étendent sous un précipice vertigineux, à l’Est la chaîne des Pyrénées qui se poursuit à perte de vue. C’est somptueux ! Nous photographions, nous observons, nous profitons du moment surtout que nous sommes quasiment seuls à cette heure.

Retour au refuge après ce beau moment., il y avait déjà beaucoup plus de monde dans la montée. On s’arrête le temps d’un café et on attaque la longue (!) descente vers Gavarnie : au programme 1200m de D- et 10km à vol d’oiseau donc facilement 15km au total…

Le début du sentier fait rapidement perdre de l’altitude, on évolue dans les gorges creusées par la rivière. Les paysages sont beaux. Il y a quelques marmottes pour nous accompagner.

Nous arriverons rapidement aux Oulettes d’Oussoue et son barrage. Il fait très chaud à présent étant donné que l’on a perdu beaucoup d’altitude et que le soleil tape fort. Petite pause repas et on reprend la route. On suit le GR10 à environ 1800m. Les paysages ont bien changé. Nous avons quitté la haute montagne pour les alpages et il y a de nombreuses vaches. On nous expliquera d’ailleurs que ces vaches sont toutes espagnoles car un ancien traité Napoléonien laisse l’accès estival à nos amis ibériques…

La fin de la rando, même si les paysages sont beaux, sera très longue ! Entre les 1600m de D- cumulés sur la journée, la distance horizontale et les températures, nous serons content d’arriver à Gavarnie dans la perspective d’une bonne douche chaude, d’un bon lit et d’un restau !

Joie nuancée par la foule impressionnante que le cirque attire. On se croirait presque sur le périph parisien tant il y a de voiture et sur les champs Elysées tant il y a de monde. Par contre tous disparaissent après 18-19h et la ville devient morte jusqu’au lendemain 8h pour une nouvelle marée humaine. Toutefois le cirque vaut le coup d’être visité car c’est impressionnant. Nous n’avons pas eu le temps de la faire mais la rando jusqu’à la brèche de Roland à d’ailleurs l’air super.


Conclusion

Pour une première dans les Pyrénées nous n’avons pas été déçu ! Malgré les premiers jours de mauvais temps nous avons tout de même pu profiter de la beauté des paysages sur la deuxième moitié du trek. Cette traversée offre un bon patchwork des possibilités que réservent les Pyrénées. 

Ce qui est sûr c’est que nous reviendrons car nous n’avons pas eu beaucoup de temps et la liste de randonnées qui font envie est longue : la Brèche de Roland, la Vire aux Fleurs, le Néouviel, … pour ne citer qu’eux.

Nous vous conseillons donc d’aller découvrir ou redécouvrir cette belle chaîne de montagne qui s’étend tout de même sur 400km, il y a de quoi faire …