Le Mont Thabor est situé dans les Alpes du nord au Sud Ouest de Modane, coincé entre le massif de la Vanoise et le massif des Ecrins. L’ascension de ses 3178m ne présente pas de difficultés pour des randonneurs en forme. Nous avons choisi pour ces quatre jours de savourer, le premier jour sera consacré au voyage aller et à la montée au refuge du Mont Thabor (2500m), le deuxième jour nous ferons une petite randonnée dans le coin et pour le troisième jour nous monterons enfin au sommet du Mont. Nous avons pris un léger risque car partant le weekend du 11 Novembre nous pourrons avoir beaucoup de neige comme pas du tout,… nous verrons sur place.

La vidéo réalisée par Quentin après ces quelques jours :


Notice: Undefined variable: avg_cad in /home/summitcaow/www/wp-content/plugins/wp-gpx-maps/wp-gpx-maps.php on line 300
Télécharger

Premier jour - Montée au Refuge du Mont Thabor (2500m)

Cela faisait un an que je voulais faire cette randonnée et gravir le Mont Thabor (3178m) mais j’avais dû repousser car les conditions météo de l’année précédente n’était pas bonne et que nous n’avions pas pu planifier une date. Mais voilà cette fois-ci c’est la bonne, la météo est au beau fixe pour les trois prochains jours et nous nous rejoignons tous à Gare de Lyon le samedi matin pour un départ matinal. Nous sommes cinq pour ces quatre jours au pied du Mont Thabor : Hélène, Jeff, Quentin, Joanne et moi même. Un des avantages de cette randonnée est qu’elle est directement accessible depuis la gare de Modane mais cela rajoute un bout de chemin en comparaison à des personnes venant en voiture.

Quelques heures, donc, après le départ, nous voici arrivés à Modane. Il fait grand beau. Il est déjà 14h et nous avons quelques heures de montée. Il ne faut pas traîner car nous sommes en Novembre et le soleil se couche vers 19h…

Pour rejoindre le début de la randonnée, il faut partir vers l’ouest en sortant de la gare ; on arrive rapidement à un passage souterrain qu’il faut prendre pour traverser les voies ferroviaires. On prend ensuite sur la droite et à 300m de là le début du chemin se dévoile sur la gauche sous le viaduc. L’endroit n’est pas très beau… C’est donc ici que la rando commence réellement ; 1500m de dénivelé nous attendent. Et ça commence fort! On attaque directement par un chemin qui monte raide en traversant une route forestière. Cette dernière était en travaux lorsque nous sommes passés il y avait donc pas mal d’engins de chantier. En plus d’être fatigués du voyage et du chemin qui grimpe, nos sacs sont bien lourds car étant donné que nous resterons trois nuits au refuge du Mt Thabor nous avons pris pas mal de nourriture et même un peu de vin pour faire de bons repas. Le poids des sacs s’en fait très clairement ressentir.

Cette première portion nous fait donc grimper de 600m assez rapidement. Sans être magnifique le chemin n’est pas déplaisant surtout grâce aux couleurs d’automnes qui font rougeoyer les mélèzes. Nous évoluons dans la forêt en suivant le ruisseau de Charmaix. La vue par contre est assez bouchée et on n’aperçoit que quelques sommets au dessus des arbres.

Nous dépasseront rapidement la station de Valfréjus, le chemin se fait plus beau et plus plat, on progresse bien mais la jour baisse déjà nous ne pouvons pas traîner.

Après quelques heures on rejoint le Lavoir après être passer à côté d’un ancien fort militaire donc ne dépasse du sol qu’un impressionnant bunker, celui-ci faisant parti de la ligne Maginot.

Si vous venez en voiture il est possible de la laisser garer au Lavoir (1941m) économisant ainsi quelques heures de marche avant d’attaquer la montée vers le refuge.

Le paysage commence à se dévoiler à partir de ce moment, derrière nous le massif de la Vanoise en montre en partie et face à nous le reste du chemin vers le refuge qui est encore loin, les sommets sont blancs, on aura surement un peu de progression à faire dans la neige. Tout le monde commence à ressentir un peu de fatigue mais pas question de baisser la cadence car il commence à faire sombre…

Après la forte montée du lavoir (sur un chemin carrossable pas très agréable) nous arrivons sur un replat (qui monte quand même), on commence à apercevoir le refuge du Mont Thabor au loin. On peut également constater qu’une grosse portion du chemin est sous la neige c’était à prévoir. Heureusement celle-ci se montrera suffisamment dure pour le pas avoir à progresser en raquettes pendant les trois jours. Le « plateau » est parsemé de petites cabanes pastorales, certaines en ruines, d’autres en bonne état, voir habitées comme en témoigne la fumée qui sort de certaines cheminées.

Nous sommes dans la neige. Heureusement elle est assez dure pour pouvoir marcher dessus même si cela nous ralenti. Le soleil est couché mais il fait encore jour pour une heure ou deux max. Nous n’avons toujours pas croiser âme qui vivent. Le refuge se rapproche de plus en plus, on aperçoit de la lumière à l’intérieur, nous ne serons pas seuls ce soir.

Nous finirons la montée dans la nuit à la frontale comme prévu. On arrivera enfin au refuge à 20h30 après ces 1500m de D+ bien long.

Le refuge est lorsque nous arrivons. Il doit bien y avoir 20-25 personnes en plus de nous. Ils ont tous fini de manger on a donc la cuisine de disponible pour se faire une bonne plâtrée de purée à la sardine.

Le refuge est sympa. L’entrée se fait par un sas qui donne sur la salle de vie principal. Il y a en tout quatre grande table qui peuvent loger chacune 10 personnes au moins. La cuisine d’été est fermée étant donné que le refuge n’est pas gardé à cette saison mais une petite cuisine est à disposition avec des casseroles, des couverts et de la vaisselle. L’eau va se chercher dans une fontaine un peu au dessus du refuge grâce à de gros jerrican. Au centre de la pièce de vie on trouve un gros poêle salvateur qui chauffe très fort. On retrouve toutes les chaussures de rando en cercle à sécher tels des adorateurs devant leur dieu. Il y a deux dortoirs dans le couloir directement après la salle de vie et d’autres places encore dans un couloir plus loin. Ces dernières places sont froide car la chaleur du poële n’y parvient pas. Les lits sont classiques pour un refuge. Il y a suffisamment de couvertures pour tout le monde. On trouvera deux toilettes sèches non loin des dortoirs qui sont même éclairées, de même pour toutes les autres pièces ! Quel luxe ! En résumé, le refuge est sympathique et tout à fait confortable pour un refuge d’hiver. Le bois pour le chauffage se trouve empilé tout autour du refuge.

De notre côté après cette bonne assiette de purée nous nous dirigeons tous vers le lit afin de récupérer de cette longue journée commencée à 6h à Paris Gare de Lyon. On ne mettra pas longtemps à s’endormir.


Deuxième journée - Petite Balade

La nuit aura été assez classique pour une nuit en refuge : chaud, froid et ronflement. Comme nous n’avons pas de programme précis pour aujourd’hui certains traînent un peu au lit. On se retrouvera tous vers 9h pour un café et un bon petit déjeuner. Après concertation on décide de faire une “petite” randonnée vers le col de la Roue (2541m). Encore une fois il fait grand beau et nous partirons tardivement vers 10h30. Le chemin est relativement facile car presque à altitude constante. Pour y parvenir on suivra le chemin “haut” qui longe la Replanette et qui débouche au col éponyme à 2338m. On passe en dessous d’une ruine qui était une vieille baraque des postes. Après une bonne descente, on poursuit le chemin sur le “Tour des Rois Mages”. Arrivés à un croisement des chemins vers 2300m on se pose pour pique niquer sous le col. Il n’y a personne encore une fois et on profite du soleil.

Le repas pris nous décidons de ne pas pousser au col de la Roue car nous souhaitons d’une part ne pas trop pousser après la journée de la veille et l’ascension du lendemain et d’autre pas ne pas rentrer trop tard au refuge pour aussi en profiter pour lire, discuter …

Le retour se fera droit dans le vallon hors sentier. On récupéra le chemin principal à la montée sous le col de la Replanette. S’en suivra un retour sans soucis jusqu’au refuge si ce n’est l’ultime pente gelée juste sous le refuge qui nous cassera à chaque fois qu’on la prendra.

Arrivés au refuge, nous sommes seuls (pour l’instant) et chacun vaque à ses occupations : repos, petit thé ou lecture. Quentin et moi décidons de fournir un peu le stock de petites bûches pour le poêle car celles stockées sont un peu grande. Nous nous donnerons donc à une saine activité de bûcheronnage avec les moyens du bord. On arrivera au final à sortir de quoi tenir la soirée et le lendemain en bûche. En tous cas débiter du bois réchauffe bien !

Nous serons rejoint en fin d’après midi par quelques randonneurs mais moins nombreux que la veille (peut être un dizaine). Je croiserai d’ailleurs un collègue du boulot… Le monde est petit. Afin de contenter nos estomac vides nous cuisinerons avec Jeff une grosse casserole de spaghettis à la tomate et au thon, de quoi tenir au corps ; on n’oubliera pas un bon verre de vin issu du cubi que l’on a monté ! Le grand luxe encore une fois ! La soirée se finira par des parties endiablées de “Hong Kong Monopoly” et de “Trou d’uc”. Demain on attaque le Mont Thabor !


Troisième jour - Ascension du Mont Thabor

La nuit n’aura pas été mauvaise encore une fois. Nous réveillons tous tôt cette fois-ci et prenons un bon petit déjeuner en prévision de la journée qui nous attend. Le dénivelé pour le sommet n’est bien important (environ 600m) mais la distance horizontale est assez conséquente et avoisine les 15km. Nous nous attendons, de plus, à en faire une grosse partie dans la neige mais il a fait froid cette nuit, la neige sera donc surement dure le matin pour la montée et ramollira en début d’après midi à la descente ce qui nous va bien.

Le départ se fait à 9h, nous sommes léger car nous ne prenons que de petits sacs pour la journée avec juste de l’eau et de quoi manger. On descend vers le col de la Vallée Etroite puis nous tournons vers la droite. Le chemin est déneigé sur cette portion et évolue à altitude constante, nous progressons donc rapidement mais en prenant tout de même le temps d’admirer la vue sur le Thabor mais également sur les Alpes alentours.

Nous récupérons la neige dans le fond du Vallon du Peyron. Le lac est d’ailleurs totalement gelé. Il n’y a personne pour changer et l’endroit est beau. On peut voir du bas toute la montée qui nous reste juste à la Chapelle sommitale que l’on commence à apercevoir. Première grosse montée (200D+) après le lac qui débouche sur “Les chances du Peyron”. Petite pause le temps de manger un bout et de s’hydrater. Le chemin continue ensuite en pente douce jusqu’au col de Méandes (2727m) auquel on croise le chemin venant de la Vallée Etroite. Quelques personnes sont visibles en contrebas.

Le chemin continue par une montée bien raide sur 200m. La neige ne gène pas voir même permet de faire des marches qui facilitent un peu la montée. Nous continuons ensuite en suivant les croix qui balisent le chemin. Dernière montée sous la chapelle. Jeff est déjà arrivé en haut je le suis avec Quentin juste derrière (la dernière montée aura été dure pour ma part). Hélène et Stéphanie nous rejoindrons quelques minutes plus tard motivée par la pression des autres marcheurs derrière elle 🙂

Voilà, nous y sommes ou presque car la chapelle est quelques mètres sous le sommet. Celui-ci est relativement plat. On y retrouve quelques marcheurs mais il y a peu de monde. La vue est superbe : au nord la Vanoise et au sud les Écrins (retrouvez également notre Tour des Écrins et de l’Oisans – Lien) dont on distingue clairement la Barre des Écrins, La Meije et d’autres sommets bien connus et à 360° des sommets à perte de vue. Séance photo pour immortaliser le moment.

Nous redescendons à la chapelle pour prendre notre déjeuner. Pour ce qui est de la chapelle c’est un petit bâtiment rectangulaire dont l’intérieur est constitué d’une pièce unique séparée deux par une grille. On y retrouve un crucifix et de nombreux objets déposés par les visiteurs. Le temps est superbe, on chauffe au soleil bien à l’abri du vent.

Une fois le repas fini il est temps de penser à la redescente. Comme celle-ci risque d’être longue du fait de la neige (plus molle) si on marche “normalement” je propose une descente type ramasse afin de gagner un peu de temps. Un peu frileux au départ tout le monde s’y met avec plus ou moins de succès au final et on descend en 30min ce que l’on a monté en 2h. On revient donc vite au lac du Peyron. J’ai trouvé le chemin qui suit très long jusqu’au col de la Vallée Etroite, surtout du fait que c’est le même qu’à l’aller. Au final nous reviendrons au refuge vers 16h. Nous sommes seul encore une fois. Nous attaquons une nouvelle tournée de bois avec Quentin pendant que les autres font la sieste ou bouquinent. Le soir ressemblera au précédents mais avec encore moins de personnes au refuge. Bon petit repas, jeux de société et dodo


Quatrième jour - Le retour

Journée de retour … Chacun range sans grande motivation à l’idée d’être de retour en ville ce soir… Nous quitterons tout de même le refuge vers 9h après avoir dûment réglé nos nuitées. Pour le retour nous passerons par les Chalets de Mounioz par le nord de la Combe de la Grande Montagne. La descente se fait rapidement et nous retrouvons le chemin de l’aller. Les genoux se feront douloureux surtout sur la fin du chemin car le sentier se fait plus dur. Nous arriverons à destination vers 11h30 Direction un petit bar local pour prendre une bonne bière rafraîchissante et bien méritée surtout. On ira également une grande pizza avant de prendre le train et de retrouver Paris à 20h…

Au final ces quatre jours en ont paru beaucoup plus ; comme souvent pour ce genre de weekend. Sans forcément être le plus bel endroit des Alpes, le refuge offre un beau panorama et la vue du sommet du Mont Thabor vaut vraiment l’ascension. Je n’ai jamais fait cette randonnée en été mais je la conseille vivement comme balade tardive dans la saison comme nous l’avons fait. La neige donne un petit goût de haute montagne à l’ascension et surtout ajoute un esthétique indéniable. Avantage et non des moindres, le refuge d’hiver est super confortable ce qui est agréable tout de même surtout le soir.

Quelques infos :