9jours

into the wild

96km

parcourus

1500m

D+

140km

au nord du Cercle Polaire

« L’Appel Sauvage » a encore été fort cette année ! Nous y avons évidement répondu : direction la Laponie Suédoise cette fois-ci avec Matthieu, Quentin dans la région du Kebnekaise pour une dizaine de jours fin juin entre Nikkaluokta et Abisko.

Initialement nous voulions suivre la Kungsleden sur cette portion mais nous avons fait évoluer la route durant la préparation et surtout sur place comme je l’expliquerai ci-dessous.

Notre motivation pour ce trek était surtout de se retrouver dans de grands espaces sauvages avec le moins de contact humain possible, en toute liberté. La Suède et la Laponie sont parfaits pour cela et nous avons vraiment pu profiter de la Nature et du grand air…

Suivez nous donc durant ces 9jours au milieu des forêts de bouleaux, dans les marécages ou la neige, loin de la civilisation, seuls et heureux de l’être !

L'itinéraire



Notice: Undefined variable: avg_cad in /home/summitcaow/www/wp-content/plugins/wp-gpx-maps/wp-gpx-maps.php on line 300
Télécharger

A l’origine nous voulions avant tout partir dans une région reculée avec peu de contact humain et au sein de laquelle nous pouvions vivre « la Grande Vie ». La Laponie Suèdoise était le terrain de jeu parfait grâce à l’isolement qu’offre la Lapland (la Laponie Suédoise) et à la loi de l’allemansrätt.

En Norvège et en Suède, existe une loi qui stipule que la Nature appartient à tous et que chacun peut en profiter librement, dans son respect évidemment – Plus d’infos. Cette loi et cet état d’esprit permettent donc de jouir de la Nature Scandinave tout à fait librement et quasiment sans contrainte « humaines » contrairement aux espaces sauvages français qui sont très réglementés (ce qui est aussi bénéfique pour leur sauvegarde).

Nous avions donc décider de parcourir la Kungsleden entre Singi et Abisko en démarrant à Nikkaluokta mais après quelques recherches sur internet et des retours du terrain, nous décidâmes dans un premier temps de partir dans la Vallée de Vistas pour ensuite couper par les montagnes au niveau de la cabane de Raïtastugan et rejoindre le tracé classique.

La Kungsleden, le chemin Royal, dans son ensemble, est un parcours de plus de 400km entre Hemavan et Abisko. Il traverse les espaces sauvages du Nord Suédois entre le Sarek, le Vindelfjallen ou les montagnes de Saltoluokta. La portion Singi-Abisko est surement la plus courue car des refuges sont présents à peu près tous les 20km permettant ainsi de pouvoir parcourir cette portion de 90km avec un sac léger si on dort en refuge.

Le problème est que ce trajet était bien sur le papier mais l’hiver a été très tardif cette année et les conditions de neige ainsi que les retours qu’on a eu des locaux nous ont dissuadés de le suivre comme je vous le présenterai en détails dans le carnet. Nous avons finalement parcouru la vallée de Vistas dans son intégralité avant de rejoindre la Kungsleden à Alesjaure. Nous avons ensuite changé de vallée deux autres fois afin d’éviter de croiser du monde, nous avons donc marché dans la vallée de Gama puis celle de Kårsavagge. Ce parcours est intéressant car il est plus isolé de la Kungsleden et du nombre relativement important de personnes qui le parcourt (environ 50-100pers./jours en haute saison) ; il offre une bonne diversité de paysages entre forêts de bouleaux et toundra de montagne.

Départ et premier jour : début du voyage et premières galères


Rendez-vous à 8h à Charles de Gaulle pour le départ. J’y retrouve Matthieu et Quentin avec nos (énormes) sacs à dos remplis de 10 jours de nourriture, on ressent l’excitation du départ et l’envie d’en « découdre » avec nos 100km dans la « pampa ».

Le vol de 2h30 est rapide ; nous voilà donc à Stockholm (plus précisément Arlanda). Nous avons décidé de faire la suite du voyage en train. Ce moyen de transport permet de prendre le temps, de vivre la transition vers le nord en douceur,…, surtout avec 21h de voyage…

Avant de prendre le train, nous devons l’attendre, on attaque donc 5h passionnantes à l’aéroport. On en profite pour refaire les sacs et revoir un peu le trajet.

Le train part à 18h, nous avons pris un compartiment de nuit à trois, ils sont pas mal mais un peu petit avec les sacs (à noter qu’il y a des douches ce qui est appréciable). On passera une bonne partie de la soirée à jouer aux cartes et à regarder le paysage défiler, celui-ci est principalement une succession de lacs et de forêts avec de temps en temps une petite ville…

La nuit, le soleil ne se couche qu’à peine, le cercle polaire se rapproche…

On ne dort pas si mal que ça dans ces petits compartiments. Il doit être dans les 7-8h lorsqu’on se lève. Re-jeux de cartes en prenant le petit déjeuner. On change de train vers 10h à Boden. Celui-ci a plutôt un format TER. La ligne part de Luleå et file vers Narvik à l’entrée des Iles Lofoten, il y a donc beaucoup de randonneurs. Ces 4 heures de trains paraissent longues, on les passe à regarder les paysages nordiques, on verra quelques élevages de rennes et deux élans non loin des voies.

Nous arrivons finalement (et enfin!) à Kiruna. L’arrivée est impressionnante car on passe devant l’immense mine de fer (27500 tonnes de minerais extraits chaque jours). La gare est située un peu en dehors de la ville, on rejoint le centre par une navette gratuite. De là, direction l’office du tourisme car on veut avoir quelques infos sur les moyens de transport pour Nikkaluokta.

En effet, les bus quotidiens ne commencent que le lendemain (26/06), nous souhaitions donc prendre un taxi. La dame au comptoir nous dit que c’est possible de se rendre sur place en taxi, par contre, d’après elle et un mail qu’elle vient de recevoir, la Kungsleden est quasiment impraticable car recouverte à 80/90% de neige ou bien est totalement marécageuse dans les zones sans neige… Coup dur ! A l’écouter, notre entreprise est vouée à l’échec du fait des conditions…

On essaie donc de réfléchir aux options : y aller quand même, attendre le lendemain pour avoir plus d’infos, changer totalement de lieu, … Changer de lieu : non, ça sera pareil et on a rien préparé ; reporté, à quoi bon ça repousse juste le problème sans changer grand chose à la situation; il nous reste donc la première option.

On décide donc d’aller voir sur place et si c’est pas bon, demi-tour et on avisera…

Nous voilà donc en taxi (après avoir mangé un horrible kebab dans Kiruna) direction Nikkaluokta. Je suis content de retrouver ces paysages du nord et leur ambiance sauvage…

1h30 et un petit dodo plus tard, nous arrivons enfin à Nikkaluokta, véritable départ de notre trek après 35h de voyage!

Il n’y a pas grand chose sur place si ce n’est une grande battisse qui fait office de restaurant, hôtel, boutique et surtout un sentiment de bout de monde et de début d’aventure.

Avant de partir on passe voir la gérante pour essayer de glaner quelques informations sur les conditions de terrain. Elle ne possède pas beaucoup plus d’infos que la dame de l’office du tourisme et nous confirme bien qu’il y a beaucoup beaucoup de neige (ce que l’on voit déjà facilement car toutes les montagnes alentours ont la tête blanche). Des pilotes d’hélicos du coin passent lorsque nous sommes en train de discuter avec la dame, ils nous confirment encore une fois que la neige est présente en masse et nous disent qu’ils ont même évacué des personnes la veille… Ce n’est pas très engageant … Avec toutes ces infos on reste sur l’idée de partir dans la vallée de Vistas car elle monte moins haut que la Kungsleden et donc sera plus déneigée sur le début. Les pilotes ne savent pas les conditions en fond de vallée,… on verra donc, au pire ça sera un demi tour.

Nous voilà enfin prêt ! On a les infos, les sacs sont pleins, il fait beau… Une dernière photo et C’EST PARTI !

Le début du chemin se fait sur la route pour 2km. On bifurque ensuite sur la gauche pour entrer dans la forêt et surtout dans le vif du sujet. On se fait directement accueillir par les moustiques !

En été, le grand Nord peut être un véritable enfer à cause des moustiques qui pullulent en très grand nombre étant donné qu’il y a beaucoup de marais. Nous espérions en avoir peu en juin ce qui aura finalement été le cas (surtout « grâce » à l’hiver tardif). Ils se font également plus rares à partir de fin août.

Le problème c’est qu’on a fait une erreur ! Sur la route, on a tourné trop tôt. Conséquence : on suit un chemin sur quelques centaines de mètres mais celui-ci disparaît rapidement. On se retrouve alors à marcher soit dans de la forêt broussailleuse ou bien, Ô bonheur, dans des marécages gorgés d’eau ! Comme on le voit sur la carte ci-dessous, on était pas loin du vrai chemin, mais la résolution de notre carte papier (1/75000e) ne nous à pas permis de retomber sur nos pattes surtout que nous ne savions pas dans quel état était le « vrai » chemin.

Nous luttons donc pour avancer sur ce terrain horrible, les pieds et le pantalon trempés tout en étant attaqués par les moustiques, je finis même à un moment dans une sorte de trou d’eau caché par de la mousse avec le niveau au dessus des genoux, ce qui mouille l’appareil photo et « améliore » mon humeur…

Au final on aura fait 2km en 2h… A cet instant je me dis que ça va être un véritable enfer si tout le chemin est comme ça…

Il commence à se faire tard et nous sommes fatigués du transport, nous nous mettons donc à la recherche d’un coin pour la nuit. Après quelques hésitations nous trouvons celui-ci directement à côté de la rivière sur un terrain acceptable.

On monte donc le camp en se battant un peu avec les moustiques et en esquivant les fourmilières en grand nombre ici. L’ambiance va vite mieux après que l’on ait lancé un petit feu …

Repas rapide et vite au lit pour une nuit sans nuit, on est tous un peu fatigués. En tous cas, la vue est belle avec le soleil bas sur l’horizon et on peut voir ce qui nous attend demain dans la vallée. Je m’endors toutefois inquiet pour la suite, entre marécages infranchissables, neige et moustiques, … On verra demain, on est quand même pas mal…

Deuxième jour : Plus loin dans la Vallée de Vistas


Nous avons bien dormi malgré le soleil de minuit, je n’avais pas retrouvé cela depuis mon expédition au Svalbard. On vit les heures de la journée différemment.

On ne s’éternise pas trop car les moustiques se font pressant… Une fois le camp plié, on décide de partir perpendiculairement à la direction du chemin car on s’est dit, après lecture attentive de la carte, que le bon chemin devrait être par là… et voilà que nous croisons 200/300m plus loin un superbe chemin en planche de bois comme on trouve en Scandinavie (dans les Lofoten par exemple) ! Nous nous étions donc bien trompés hier… Pas grave.

Nous avançons évidemment bien plus vite sur ce bon chemin. Il fait grisou aujourd’hui mais les paysages sont agréables. Pour l’instant nous n’avons croisé personne depuis que l’on a quitté Nikkaluokta…

Arrivés à une grosse rivière, le chemin se fait plus discret dans les hautes herbes, on se trompe donc en partant sur la droite mais ceci est une chance car nous tombons sur un élan en train de paître gentiment à 50m de là… L’absence de bois me fais penser que c’est une femelle, elle n’est pas très grosse mais la bête est toutefois impressionnante. Elle nous laisse l’observer 1 minute puis s’éloigne sans trop se presser révélant, au passage, un second élan caché plus loin dans le sous bois…

Nous retrouvons le bon chemin après cette jolie rencontre. La traversée de la rivière se fait sur un pont de fortune en troncs de bouleaux. Nous croiserons ensuite un groupe de quatre Russes qui sont passés par les montagnes il y a quelques jours, bonne nouvelle ! On peut donc passer malgré la neige, les conditions se sont pas si horribles que ça.

Nous continuons la route à un bon rythme en prenant le temps d’admirer les paysages. Derrière nous, Nikkaluokta parait déjà loin, le réseau téléphonique a disparu depuis ce matin (on ne le retrouvera que l’avant-dernier jour du trek), nous sommes à présent vraiment au sein de la Laponie sauvage !

Il y a de nombreuses rivières à traverser sur le chemin, beaucoup sont relativement étroites, d’autres plus larges ou plus débitantes demandent un peu de jugeote. Mais celle devant laquelle nous sommes va être compliquée à traverser sans enlever les chaussures et le pantalon… C’est donc parti. On traverse chacun son tour, l’eau est gelée ! Elle arrive directement de la fonte des neiges et n’a pas eu le temps de se réchauffer …

Le chemin continue ensuite gentiment. Lors de la pause midi nous croisons deux Allemands qui arrivent d’où on veut aller ! Bonne nouvelle surtout que nous avons également croisé des Hollandais qui, eux, ont fait demi tour en direction de Nallo… Le chemin qu’on veut faire est donc réalisable même si on va un peu lutter d’après les dires des Allemands…

La journée est longue, surtout que nous ne sommes pas encore « chauds » et que les sacs sont lourds en ce début de trek. Quentin commence à ressentir des douleurs sur la crête iliaque et souffre un peu en marchant, pour ma part je commence à en avoir un peu marre, ça fait bientôt 16km qu’on marche. Deux gars qu’on a croisé un peu plus tôt (avec 10 personnes cette journée aura été la plus peuplée du voyage) nous ont dit qu’il y a des spots de bivouac très sympa plus loin à côté d’un pont. On décide donc de pousser encore 2km.

Et en effet, on trouve un emplacement parfait pour le bivouac : terrain plat en herbe rase, rivière en contrebas à 20m, coin pour le feu de camp… Parfait !

Cerise sur le gateau : je repère un troupeau de renne dans la forêt un peu plus loin ! Ils ne nous ont pas vu, on s’approche donc discrètement pour les observer. Ils nous repèrent évidemment avant longtemps et s’échappent en nous gardant à l’œil.

Le camp sera vite installé et le feu rapidement lancé. Il fait relativement frais ce soir. Chacun se lave un peu à la rivière (l’eau est toujours aussi froide) et on profite d’un « bon » repas à base de lyophilisés et saucisson/fromage au coin du feu. On est bien ce soir là, on se sent libre. Nous sommes en train de vivre ce pour quoi on est venu, on a de la chance.

Fin de journée plus optimiste que la veille. A priori ça passe bien jusqu’à Alesjaure mais ça sera compliqué ensuite jusqu’à Abiskojaure…

Troisième jour : jusqu'à Vistasstugan


Encore une bonne nuit même si le bruit de la rivière était assez présent. On plie, on range, on démarre. Le programme de la journée est léger : direction la cabane/refuge de Vistas à 10km de là.

Mais avant de reprendre la route : atelier bricolage ! En effet, les chaussures de Matthieu montrent des signes de fatigue inquiétant au niveau des semelles. Celle du pied droit est déjà bien décollée et celle du pied gauche ne va pas tarder… C’est pas cool pour la suite du trek. Heureusement j’ai pris mon gros scotch d’escalade qui est solide, on va donc essayer de maintenir la semelle en place ainsi et changer le scotch le soir, au pire Quentin en a aussi un peu et on a un peu de ficelle… On va bricoler mais faudra que ça tienne.

Nous revoilà en route, toujours plus loin dans la Laponie sauvage. Le début du chemin nous emmène vers un petit pont qui permet de traverser une rivière infranchissable autrement, plus loin, rebelote, petit pont qui traverse une belle rivière et qui offre une vue superbe sur la vallée en aval.

La carte montre la présence d’une hutte proche du deuxième pont. Nous ne sommes pas rentrés à l’intérieur mais celle-ci à l’air plus que sommaire.

Le chemin nous mène ensuite vers Vistasstugan. Nous y arrivons 4h après le départ du camp ce matin (sans se presser). La journée de marche aura été courte.

Vistasstugan est normalement gardé mais le gardien n’arrivera que 2-3 jours plus tard d’après ce qu’on nous a dit à Alesjaure le lendemain. Les installations couvrent une surface assez grande car il y a plusieurs bâtiments d’habitation ou technique et même un sauna !

En ce qui nous concerne on se dirige vers la cabane d’hiver (celle proche du pont) qui reste ouverte annuellement et qui contient en particulier un téléphone de secours en cas d’urgence. La cabane est vraiment sympa, c’est même étonnant à quel point c’est bien aménagé, entretenu et propre ! L’ambiance à l’intérieur est très cosy, il y a quatre lits (relativement confortables), une table, un superbe poêle qui chauffe très bien, du gaz et une petite gazinière (grand luxe) et pas mal de matériel de cuisine. On se croirai à la maison !

Nous prenons possession des lieux pour la journée et la nuit, voilà trois jours déjà que nous sommes partis et cela serait bête de pas profiter de ce petit confort histoire de bien charger les batteries, surtout que d’après ce qu’on sait, les prochains jours vont être durs !

A peine installés, nous sommes accueillis par des rennes qui passent en plein milieu des cabanes.

L’après-midi commencera par un copieux repas suivi d’une alternance de sieste, « douche » à la rivière, jeux de cartes (beaucoup) et tout simplement profiter du moment.

On lancera également un feu dans le poêle histoire de se réchauffer et de faire sécher les affaires, ce dernier donne très bien, il fait donc vite très(trop) chaud dans la cabane mais c’est pas mal.

Vistasstugan est un beau site, il offre une jolie vue sur les montagnes alentours, sur la vallée. On y trouve également le début du chemin pour Nallostugan.

Nous serons rejoint, en début de soirée, par deux américaines qui arrivent d’Abisko, ce qui est une bonne nouvelle car cela fait deux groupes qui arrivent de cette direction, c’est donc bien réalisable. Comme on a pris trois lits sur les quatre de la cabane elles décident de planter la tente un peu plus loin, on partagera tout de même le repas et la chaleur du poêle.

On ne se couche pas trop tard car demain on a une longue route jusqu’à Alesjaure.

Bien que le refuge soit non gardé il y a une petite « taxe » dont on doit s’acquitter (250SEK / nuit / personne). Vous pouvez régler le montant par versement bancaire ou bien au bureau STF à Abisko (et peut être à Nikkaluokta mais j’ai un doute).

Quatrième jour : de Vistasstugan à Alesjaure


Direction Alesjaure après rangement et nettoyage de la cabane. Les batteries sont bien rechargées, le scotch sur les chaussures de Matthieu mis, les sacs blouclés… C’est parti pour 19km !

Nous quittons aujourd’hui la vallée de Vistas après trois jours à la traverser. Nous commencerons à prendre un peu d’altitude pour arriver au final  à un petit col qui nous permettra de « descendre » sur Alesjaure.

La végétation change rapidement, les arbres se font de plus en plus rares et rabougris, la toundra prend la place. Le fond de la vallée est beau et sauvage en tous cas.

Nous aurons la chance de passer non loin d’un couple de rennes peu de temps après le départ. Ils ne manqueront pas de manifester une certaine curiosité durant leur fuite. Les rennes sont, ici, habitués à l’homme étant donné qu’ils appartiennent aux Samis et sont parqués plusieurs fois par an pour être comptés ou marqués.

Le chemin est bon et relativement sec sur cette portion. On avance bien.

Nous ferons la pause du midi en face de la cabane de Renvaktarstuga, on aurait aimé qu’elle ne soit pas de notre côté de la rivière (qui semble compliquée à traverser) car il bruine un peu.

Plus loin nous traverserons la Moarhmmàjhoka sur un autre petit pont, tous sur le même modèle, simple mais efficace. Juste derrière, nous entamons la montée sur le col. Derniers regards sur la vallée de Vistas qui aura tenu ses promesses en terme de paysages et d’isolement.

Nous croiserons ensuite trois groupes distincts, des Suisses, des Estoniens et des Allemands qui arrivent tous d’Abisko. Ils nous donnent tous la même version du chemin, c’est à dire réalisable mais on finit trempé et on a souvent la neige au dessus des genoux voir de la taille pour la portion Alesjaure/Abiskojaure… Malgré la bagarre qui semble-t-il nous attendre, nous passerons ce qui est toujours mieux que de faire demi-tour (les américaines de la veille nous ont quand même dit qu’un groupe de 9 personnes avaient appelé l’hélico à Alesjaure pour faire demi-tour…).

Le chemin passe ici sur une sorte de plateau. On commence à avoir nos premières plaques de neige. Celle-ci est plutôt bonne et ne nous pose pas de problème. On ressent bien que nous sommes en altitude car les arbres sont quasiment absents et les lacs encore partiellement gelés !

La cabane de Tjatjajaurekåtan est une ruine, elle peut toutefois offrir un relatif abri au vent pour une pause où si on bivouaque non loin, ce qui doit être sympa d’ailleurs.

Nous entamons rapidement la « descente » sur Alesjaure. Durant celle-ci nous passons non loin d’Alisjàrvi un campement Sami encore inoccupé car nous sommes un peu tôt dans la saison. La vue sur le lac permet de constater, qu’en effet, il y a beaucoup de neige sur cette partie de la Kungsleden.

Comme il commence à se faire tard dans l’après-midi la neige a ramolli, on passe donc un peu au travers mais rien de terrible pour l’instant. Quelques traversées de rivières et on arrive enfin à Alesjaure.

Alesjaure est une grosse installation, il y a pas mal de cabanes. Je ne sais pas combien de personnes peuvent être accueillies ici mais on se dit qu’il doit y avoir pas mal de monde sur la Kungsleden à la haute saison.

Nous ferons un stop au refuge, le temps de discuter un peu avec les sympathiques gardiens des conditions et de leur faire notre retour sur l’état du chemin côté Vistas.

Nous ne resterons toutefois pas dormir ici, nous préférons poser le bivouac un peu plus loin. On continue donc 300 mètres plus loin et on trouve un bel emplacement qui offre une vue imprenable sur la vallée. La végétation a bien changé, ici on ne trouve que des arbrisseaux et de l’herbe rase.

Le camp est vite installé, on se relaxe car nous avons bien marché. Matthieu part à la recherche de baies et nous ramène quelques camarines noires (c’est dommage d’ailleurs car il y a encore peu de baies étant donné que l’hiver a été tardif).

La fin de soirée sera fraîche car le vent souffle fort et il descend directement des montagnes. On a toutefois quelques passages ensoleillés qui permettent de profiter.

Demain nous attend une journée difficile, on mange donc pas mal et on se couche tôt.

Cinquième jour : la journée difficile (ou pas) !


Une journée de plus en pleine Laponie Suédoise et pas des moindres car aujourd’hui nous attaquons la partie tant redoutée depuis le départ.

Notre stratégie pour la journée est établie : la majorité des groupes rencontrés ont suivi le « vrai » chemin de la Kungsleden en longeant le lac or la forme de la vallée fait que l’eau ruisselle et stagne dans cette zone ce qui rend la neige mauvaise et que l’on finisse trempé à patauger dans un mélange neige/marais. Nous avons donc choisi de passer plus en hauteur vers 800-850m afin d’être dans une zone où l’eau ne stagne pas et de profiter de l’altitude pour avoir une neige un peu plus froide.

D’après les retours qu’on en a eu la principale difficulté est concentrée sur la traversée d’une importante rivière 2km après Alesjaure et dont les ponts de neige en partie basse sont cassés, nous espérons donc en trouver de bons sur notre chemin, plus haut.

Nous prenons donc la route après avoir plié le camp, au bout de cinq jours chacun a à présent ses réflexes, ses rituels, on est à présent à 100% dans le trek. Il faut avouer que l’absence de réseau est positive pour cela car on est réellement déconnecté du monde extérieur.

Le début du chemin est bon et on profite de la fraîcheur matinale pour progresser rapidement sur la neige dure. On s’enfonce un peu quelques fois mais rien de dramatique. La fameuse rivière se rapproche mais pour l’instant aucun problème et pour couronner le tout il fait beau !

Nous arrivons donc en 45min à la rivière, on comprend rapidement pourquoi elle peut poser problème : elle est relativement large et le débit est impressionnant. Coup de chance nous tombons directement sur un pont de neige qui semble solide. Pour plus de sécurité on traverse chacun son tour ; ça passe tout seul ! C’est un moment de joie car nos appréhensions des jours précédents s’envolent, il fait beau et le paysage à cet endroit est magnifique ! On prend le temps de le savourer.

Nous restons ensuite sur les hauteurs car on voit bien que le fond de vallée est gorgé d’eau. On progresse relativement vite, il n’y a personne, c’est agréable et le soleil ne gâche rien à tout cela. La vue sur la vallée, en amont comme en aval, est magnifique.

Nous rejoignons la Kungsleden au niveau d’un « rengärde », un grand enclos circulaire pour parquer les rennes lors des comptages annuels. Le chemin se fait beaucoup plus boueux mais heureusement les sections aménagées permettent de ne pas être trop mouillés (même si au final l’eau trouve son chemin jusque dans les chaussettes).

L’utilisation de guêtres et de chaussures réellement imperméables est à recommander pour l’ensemble du trek pour limiter la pénétration de l’eau.

Nous avons avancé beaucoup plus vite que prévu mais cela ne nous sert à rien de courir car nous avons encore pas mal de jours devant nous et donc « le temps de prendre le temps ». On décide donc de passer l’après midi dans la petite cabane de Radunjarga, c’est un abri tout simple un peu en contre bas de la Kungsleden. Il est composé d’un sas (avec pelles et balais) et d’une grande pièce avec banquettes en bois, table et poêle. L’utilisation du bois de chauffage disponible est réservé aux situations d’urgences et il n’y a pas d’arbres dans les parages, on se passera donc de feu aujourd’hui.

Nous commencerons notre après-midi avec un bon repas, nous aurons même droit à un chocolat chaud maison préparé avec amour par Matthieu.

Nous passerons notre temps ensuite entre repos, corvée d’eau et jeux de cartes endiablés. Ce moment dans la cabane aura été une petite parenthèse dans le trek, le confort y était spartiate mais juste comme il fallait.

Nous avons choisi de ne pas dormir dans la cabane afin d’être au calme si jamais des personnes y arrivent tardivement. On installera donc le campement un peu plus loin sur les hauteurs pour profiter d’un emplacement sec. Le paysage et la lumière sont superbes.

Je me sens soulagé et serein en cette fin de soirée car je sais que nous allons pouvoir rejoindre Abikso ; même les chaussures de Matthieu et leur semelles qui se décollent ont l’air de vouloir tenir.

Nous nous couchons sous un beau soleil de minuit dans le calme de la lande de Laponie…

Sixième et Septième jours : changement de plan et repos


Il n’a pas fait chaud cette nuit mais nous avons tout de même bien dormi. On reprend la route en suivant la Kungsleden. Il y a pas mal de neige mais nous progressons tout de même assez rapidement.

Nous en sommes au sixième jour et il nous reste encore trois jours avant de retourner à Kiruna or nous ne sommes qu’à deux jours d’Abisko. Nous avons donc décider de changer légèrement les plans : nous allons dans un premier temps changer de vallée pour celle de la rivière Kamajakka car nous commençons à rencontrer de plus en plus de monde ici et nous souhaitons être plus isolés. Nous avons également décidé de rester deux jours au même endroit pour profiter de la nature, du calme.

Nous bifurquerons donc de la Kungsleden au niveau du camp Same (quelques centaines de mètres après la barrière à rennes). Le chemin est ensuite un peu boueux mais c’est joli. Vers 800m d’altitude, nous grimpons sur une petite proéminence pour admirer la vallée en contrebas. Le paysage est magnifique. La vision se perd à des kilomètres sur une succession de pics enneigés et de lacs plus bas dans la vallée. On aperçoit en face de nous le camp Same de Rovvidievva. Nous nous installons pour grignoter en admirant la Laponie.

Nous entamons la descente. Le chemin est bon, il ne doit pas y avoir grand monde qui est passé ici cette année car on ne voit aucune trace. Nous arrivons rapidement au petit pont qui enjambe la rivière Kamajakka dont le débit et la puissance sont impressionnants. Par contre, Quentin se rend compte qu’il a perdu sa caméra un peu plus tôt, il file donc en arrière la chercher et, heureusement, la retrouvera rapidement.

Le camp Same n’est pas habité actuellement, on passe donc rapidement et nous continuons en direction du nord. Le terrain est particulièrement détrempé, j’espère que nous trouverons un coin agréable pour poser le camp.

Nous arrivons vers la rivière Hoiganjohka après 2km. Nous n’avons vu qu’un seul coin intéressant pour l’instant. Nous posons les sacs près du petit pont et nous partons en reconnaissance dans le coin pour trouver un bon spot.

Après quelques hésitations nous trouvons le spot parfait ! Terrain plat, vue superbe, rivière à 20m… Nous sommes même accueilli par un grand soleil juste après avoir monté le camp.

Nous nous installons donc pour deux jours dans notre petit camp. La suite de la journée commence par manger un bon bout au coin du feu que l’on vient de lancer. Nous partagerons ensuite notre temps entre farniente et atelier taillage de bois surtout pour Quentin et Matthieu.

La lumière en cette fin de soirée est magnifique, on profite pleinement du moment, de la nature Lapone. Nous n’avons croisé personne depuis que l’on a bifurqué de la Kungsleden, on se sent au bout du monde, isolés, on est bien… On ressent réellement de la plénitude dans ce genre de moment, nous sommes venu pour cela, nous voilà comblés.

On ne se couchera pas trop tard ce soir là car le froid nous rattrape même si le soleil ne se couche pas.

Le lendemain nous profiterons de la journée pour bien manger et se reposer, Quentin partira également faire une longue balade sur les hauteurs. Matthieu et moi resterons près du feu toute la journée à tailler du bois, à papoter… On sentira d’ailleurs le feu de bois dans les vêtements et les cheveux jusqu’au retour en France.

Nous ne verrons absolument personne ce jour là, c’est génial… On a de la chance d’être ici, en Laponie et de pouvoir vivre pleinement notre aventure.

Huitième jour : encore plus loin et plus seuls


Fraîche nuit comme en témoigne le chapeau de givre sur les montagnes alentours.

Nous quittons le camp et faisons en sorte de ne laisser aucune trace de notre passage hormis deux petits bancs de pierre. Nous reprenons la route direction Abiskojaure et certainement vers plus de contact humain…

Le chemin est bon et bien marqué vers la cabane, avec la perte d’altitude, nous retrouvons des forêts composées de grands arbres qui contrastent avec les chétifs bouleaux des jours précédents.

Nous arriverons rapidement à Absikojaure qui est une grosse installation de cabane. Les gardiens nous diront qu’ils peuvent accueillir jusqu’à 60 personnes par nuit. Nous les croisons d’ailleurs en train de prendre le petit déjeuner et ils nous inviteront à nous installer avec eux afin que l’on échange sur les conditions de terrain. Je suis d’ailleurs étonné car je n’ai pas l’impression que les cabanes discutent beaucoup entre elles pour faire le point sur les conditions de terrain, les gardiens sont donc très intéressés par le retour que l’on peut leur en faire.

Un des gérants nous parle d’une vallée un peu plus au nord dans laquelle peu de personnes vont. Nous avions initialement prévu de suivre la Kungsleden jusqu’à Abisko mais la perspective de se retrouver encore plus isolés est séduisante. Nous changeons donc nos plans pour rejoindre la vallée de Karsåvagge.

Le début du chemin se trouve derrière l’emplacement de camping d’Abiskojaure. On longe d’abord le lac puis une petite rivière. On prend vite de l’altitude et la vue se dégage derrière nous révélant le lac, les montagnes alentours et à l’horizon. C’est beau.

La neige refait rapidement son apparition dissimulant un peu le chemin que l’on suit tout de même facilement grâce aux cairns régulièrement espacés.

Le chemin et l’ambiance générale du paysage sont de mieux en mieux au fil de l’ascension, il y a un air de jardin d’Eden, de nature intacte, pure. Sur notre droite deux troupeaux de rennes paissent, à gauche un petit ruisseau court entre les herbes. Il y a un grand soleil, nous sommes seuls, c’est un moment très agréable durant lequel nous étions particulièrement heureux d’être là et de partir à l’aventure dans une vallée où peu de personnes sont passées cette année.

Le chemin nous emmène de plus en plus haut, nous suivons les traces laissées par le gardien d’Abiskojaure hier, il n’y a que les siennes…

Nous arrivons au sommet (qui est tout plat et tout en longueur) vers 1150m d’altitude. La vue alentour est superbe : au sud ouest les vallées d’où nous venons et au loin le Kebnekaise. Au nord est, Abisko et le lac de Torneträsk.

Nous entamons la descente vers Kårsavagge. Il n’y a plus aucune trace le terrain est vierge à partir de maintenant. La vallée est particulièrement recouverte de neige, on voit d’ici les lacs qui sont encore gelés.

Il y a quelques cairns pour indiquer le chemin. C’est très beau. On a l’impression, encore une fois, d’être seuls au monde.

Il y a un chemin de l’autre côté de la vallée mais pour le rejoindre il faut traverser à guet vers la cabane de Kårsavagge. Nous ne prendrons pas cette option, nous choisissons au contraire de reste de ce côté de la vallée et de progresser hors sentier. Nous bifurquons donc vers la droite au niveau de la grosse rivière 500m après le sommet. La descente est rapide, nous utilisons les plaques de neige pour aller plus vite en se laissant un peu glisser.

Nous continuerons un peu plus loin le temps de trouver un bel emplacement de bivouac pour la nuit. Ce sera chose faite non loin de la rivière à un endroit où son lit se ressert.

Nous posons le camp pour la dernière fois car demain nous serons à Abisko. On est bien installé même si il y a un peu de vent. On se trouve un petit coin à l’abri pour prendre le quatre heure et jouer aux cartes.

Fin de soirée classique avec repas, moment de plénitude et lumière magnifique lorsque le soleil passe derrière les montagnes. Kårsavagge est magnifique en tous cas. Nous ne sommes pas loin de la Kungsleden mais on ressent bien qu’ici peu de personnes viennent. La vallée est calme, vierge…

Neuvième et Dernier Jour : Arrivée à Abisko...


Dernier rangement, dernier petit déjeuner, dernier empaquetage… Nous prenons la route direction Abisko. Aucun de nous n’est pressé de retrouver la ville et son agitation…

Nous progressons dans la vallée de Kårsavagge hors sentier en direction du pont qui permet de traverser la rivière. On l’atteint rapidement mais son aspect nous interpelle un peu de loin… C’est en se rapprochant qu’on comprend mieux : une des lattes qui soutient le tablier est cassée ce qui fait que celui-ci pend au dessus de l’eau… Un écriteau, de l’autre côté, indique que le pont est fermé. Le problème est que si l’on ne prend pas le pont on se retrouve avec le choix de rebrousser chemin et traverser à guet plus haut (malgré le très fort courant) ou bien faire un sacré détour en aval… Vu l’état du pont on estime qu’on peut tenter. On se lance donc les uns après les autres et malgré quelques craquements nous passons sans encombre…

Il n’y a pas grand chose à dire sur la fin du chemin vers Abisko. Celui-ci offre une belle vue sur le Torneträsk et les sommets alentours.

Nous rejoignons au final d’autres chemins parcourus par des touristes de passage à Abisko. On commence à retrouver la civilisation… La fin du chemin débouche sur la route non loin de la fameuse porte qui marque le début ou la fin de la Kungsleden. Nous nous y arrêtons le temps d’une photo.

Nous voilà arrivés à Abisko! Les chaussures de Mattieu auront tenu finalement !

Il est 13h et le bus pour Kiruna passe à 18h, on s’installe donc à la Turist Station sur les tables dehors profiter du soleil. C’est la fête du Mid-Summer qui marque le solstice d’été. Il y a donc toute une animation de danse et de musique et même du gâteau ! Cela nous permet de passer le temps …

Nous embarquons à 18h en direction de Kiruna où nous passerons la nuit et le lendemain (nous dormirons à l’hotel Scandic Ferrum qui est plutôt pas mal). Nous profiterons d’ailleurs de notre jour de battement pour visiter la mine ce qui vaut le coup. Le soir nous passerons la soirée au Bishop Arm, le pub de Kiruna…

Retour en France le surlendemain. Retour difficile à la réalité entre la température qui a dû prendre 20°C, la pollution et la foule… La Laponie nous paraît déjà loin…

Conclusions

Encore un trek qui m’aura marqué. Ces dix jours en Laponie ont été absolument géniaux grâce aux paysages, à l’ambiance mais surtout grâce au sentiment de liberté et de nature vierge que l’on y ressent. J’avais quelques appréhensions avant le départ sur la nature du terrain et les difficultés que l’on allait rencontrer, appréhension confirmées à notre arrivée par les retour que l’on en a eu mais à présent avec le recul, ce n’était pas si dur que cela, au contraire. La difficulté physique modérée nous a permis d’encore plus en profiter. Je suis également content car c’était la première fois que je partais avec 10 jours d’autonomie dans le sac et j’avais même du rab au retour. On peut donc envisager des treks de cette durée voir même un peu plus long avec un sac de 65L bien rempli.

Ce trek était ma première expérience Suédoise et en Laponie. J’y retournerai avec plaisir ! A peine rentré j’ai commencé à regarder du côté du Sarek National Park pour une prochaine balade… Qui sait, on verra ?…

Je ne saurai que vous conseiller d’aller vous perdre quelques jours dans ces contrées sauvages que la main de l’homme à laisser intactes pour l’instant.


Profil Summit Cairn

Summit Cairn


Suivez nous sur Facebook et Instagram