Je voulais depuis longtemps réaliser une randonnée itinérante en milieu polaire et en particulier sur la fin de l’hiver afin de me confronter à cet environnement dure, hostile mais magnifique qu’est l’arctique hivernal. Nous sommes donc parti avec mon pote Guillaume, au Svalbard durant deux semaines donc 12jours dans le froid une expédition dont on se souviendra longtemps.


Le Svalbard

Le Svalbard est un archipel perdu à mi-chemin entre l’extrême nord de la Norvège et le Pôle Nord. Situé entre 74° et 81° de latitude, l’archipel est au coeur de l’arctique mais le courant du Gulfstream baigne les îles ce qui permet « d’adoucir » les températures, notamment l’hiver avec des moyennes aux alentours de -15°C qui sont à contraster avec le -30°C, -40°C voir même -50°C que l’on peut rencontrer aux mêmes latitudes au Canada ou au Groenland.

L’archipel est constitué d’une trentaine d’îles. La principale est l’île Spitzberg. Au total un peu plus de 2600 personnes vivent à l’année sur cette île et notamment dans la ville de Longyearbyen. L’autre « grande » ville de l’île étant Barenstburg qui est une ville minière Russe.

Le Svalbard étant au coeur de l’arctique on y trouve de nombreux ours blancs. Il y a d’ailleurs plus d’ours que d’humain sur l’archipel (environ 5000 au total). L’ours représente donc un danger dès que l’on sort des villes car c’est un des rares animaux qui peut chasser l’homme. Ce danger conditionnera une grande partie de notre vie quotidienne durant l’expédition et notamment le soir au bivouac. L’Ours blanc sera omniprésent durant le voyage car on y pense constamment, on en parle beaucoup ainsi que des histoires d’attaques… C’est un sentiment ambivalent car on a évidemment envie de le voir mais en même temps on se dit que si on le voit de trop près c’est dangereux…

Quelques infos sur l’Ours Blanc :

L’ours blanc peut être considéré comme un mammifère marin semi-aquatique car sa survie dépend intégralement de la mer et de la banquise étant donné qu’il se nourri quasi exclusivement de phoques. Présent sur tout le territoire arctique, l’ours blanc est un descendant de l’ours brun dont le pelage a muté afin de mieux se fondre dans son environnement. Excellent nageur, pouvant courir bien plus rapidement qu’un homme et pouvant vous sentir à des dizaines de kilomètres à la ronde, l’ours est un super-prédateur. C’est même le plus grand prédateur terrestre. Un ours mâle (que l’on identifie facilement par son absence de cou et sa taille) peut atteindre 800kg pour une taille de 2-3m de long. La femelle, plus petite, pèse un honorable 350kg pour 2m de long. C’est malheureusement une espèce en voie de disparition du fait du réchauffement climatique et de la fonte des banquises.

Un des avantages du Svalbard est qu’il est relativement simple d’y aller car une ligne aérienne régulière mène à Longyearbyen tout au long de l’année ce qui en fait d’ailleurs la ligne régulière la plus septentrionale du monde. On peut donc y être en quelques heures en partant de Paris (moyennant une escale à Oslo ou Tromsø) pour un prix honnête ce qui n’a rien à voir avec le grand Nord Canadien ou le Groenland.


L'expédition

Télécharger

Comme je l’ai dit plus haut l’expédition consiste en une boucle partant de Longyearbyen et passant par Barensburg au Sud Ouest. Le problème est qu’au Svalbard on ne peut pas se balader or des villes comme on veut du fait de la présence de l’ours. Pour ce genre d’expédition il faut une autorisation du Gouverneur local, être armé en permanence d’un fusil (avec toutes les autorisations requises), avoir du matériel type balise argos, etc,… ce qui fait qu’un expédition n’est pas forcément simple à organiser. De plus je souhaitais partir à la fin de l’hiver au mois de mars. Nous allions donc rencontrer des températures constamment négatives et de potentielles conditions très rudes auxquelles je n’avais jamais été confronté.

Partant de tous ces éléments j’ai fait le choix de partir avec une agence qui proposait un circuit en autonomie sur 12j en ski-pulka avec un guide. Ce format à l’avantage de faciliter les démarches administratives mais également de profiter de la sécurité et surtout de l’enseignement qu’allait nous dispenser notre guide polaire, Manu. Ces douze jours auront donc étaient, en plus d’une expé, une véritable école du froid et des techniques associées.

Direction le grand blanc!


Premiers jours au Svalbard : la Préparation

Ca y est c’est le grand départ après 5mois d’attente depuis la réservation du voyage ! On est le 29/03 et on embarque avec Guillaume pour deux semaines d’aventures (très) nordique. Première étape : se rendre sur place. On a donc rendez-vous à l’aéroport Charles De Gaulle pour un premier vol direction Oslo. Nous enchaînons ensuite pour 5h d’attente afin de prendre le second vol. Second vol qui passe pas loin de l’annulation car la tempête sévis sur le Svalbard. Au final nous partirons avec un peu de retard.

Nous arrivons sur place à 00h30 accueillis par un vent violent et des températures qui nous font paraître lointain le début de printemps parisien. Nous sommes directement dans le vif du sujet. Nous sommes récupérer par les guides. Le notre sera Manu, un Belge, qui guide l’hiver et une partie de l’été et qui est infirmier le reste du temps. Nous rencontre les autres membre du groupe : Bertrand et Olivier. Nous serons donc quatre plus notre guide. Un vrai « Boys Band »…

Direction la guesthouse ensuite. Nous serons loger à l’extrémité de Longyearbyen dans la Guesthouse 102. Cette soirée finira par un repas/grignotage afin de ne pas dormir le ventre vide.

Le lendemain réveil aux aurores car nous avons du pain sur la planche : il faut tout préparer pour l’expe qui démarre demain !

Nous commencerons par un briefing de sécurité surtout orienté sur l’ours blanc et le danger qu’il représente. Une fois le brief fini, direction un grand hangar qui sert de lieu de préparation pour les expé. Nous recevons donc notre pulka, nos skis, des raquettes, du matos pour le froid (nous avions notre matos perso avec Guillaume), de la nourriture, le fuel des réchauds, les tentes, … Cela représente beaucoup beaucoup de matos. Notamment la nourriture car nourrir cinq gaillards pendant 12jours par -10/-15°C cela représente quelques kilogrammes. Comptez quasiment 3000kcal/jours/personne…. Il faut également emporter de la nourriture pour les chiens car nous serons accompagnés par deux chiens de traîneaux. Avant de tout ranger, on s’entraîne à monter les tentes car mieux vaut savoir faire cela avant de partir si jamais le premier montage se fait dans la tempête. Nous avons des tentes pour dormir (des Helsport Svalbard High Camp – trois places pour deux) mais également une tente messe qui servira pour se réchauffer (un peu), manger, … C’est une tente type Laavu traditionnel Same. Le montage n’en est pas facile car la tente est lourde mais au bout des douze jours nous serons devenu rapide et efficace.

Nous voilà bien équipé. Nous commençons le rangement de nos pulka mais il sera complété demain par les affaires personnelles (vêtements,…). Cela nous aura pris toute la matinée et le début de l’après midi.

Le reste de la journée sera libre. Nous en profitons donc pour visiter Longyearbyen et pour ma part faire quelques Geocaches. La météo est venteuse et on a un bon avant goût de ce qui nous attend. Je suis content car mon matos tient bien le froid pour l’instant.

Le soir, fin de la préparation du sac, des affaires. On se couche tôt en prévision du lendemain…


Premier Jour : le Départ

C’est le jour du départ ! Enfin !

La matinée commence tranquillement avec les derniers détails de la préparation. Dernière douche pour les 12 prochains jours… je savoure… Une fois que nous sommes prêt nous allons récupérer les chiens vers 11h. Ceux sont de beaux chiens de traîneaux. Un mâle, Fenrir, magnifique mais foufou et une femelle Freya, beaucoup plus calme et douce. Ils serviront avant tout à éloigner un potentiel ours trop curieux mais également à nous avertir si ils en sentent un. On s’en servira parfois pour tirer les pulka en cas de fatigue et leur présence est également agréable pour le moral. Ceux sont des bêtes superbes parfaitement adaptées à ces conditions polaires.

Une fois les chiens récupérés on se dirige vers le début du chemin. Le vent n’a pas faibli depuis hier c’est dans une véritable tempête que nous attaquons. J’avoue que lorsque la voiture qui nous a conduit ici est partie j’ai ressenti un petit moment de solitude car on se retrouve dans le blanc entouré uniquement de vent… On attaque avec les raquettes car la neige est très molle ici.

Il fait environ -15°C mais avec le vent, la température ressentie avoisine plutôt les -20/-25°C toutefois tant qu’on est en mouvement ça reste supportable. Il faut juste éviter de suer afin de ne pas avoir froid.

Nous avançons doucement, on découvre la sensation de tirer une pulka. Le décor est magnifique, blanc…

Après quelques heures de progression, on s’arrête à l’abri du vent pour un rapide repas au menu et comme pour tout les jours suivant : yum-yum (pâtes chinoises) et soupe. J’ai une légère douleur à la hanche mais celle-ci est due à un mauvais réglage de mon harnais de pulka et disparaîtra rapidement une fois celui-ci mieux ajuster.

L’après midi nous continuons la progression dans la poudreuse ce qui créé beaucoup de frottement sur la pulka ; nous ne sommes pas encore dans le rythme de l’expe, on fatigue donc rapidement mais ça va.

Première journée, premier problème : subitement la partie reliant la pulka au harnais casse… impossible de continuer ainsi. Heureusement on en avait un en rab. Je continuerai donc avec celui là pour le reste de l’expe.

Nous arrivons à notre emplacement de bivouac en début de soirée. L’installation du camp est laborieuse car c’est la première fois, on est donc pas très bien organisé et on a pas encore tous les réflexes. Cela nous prendra donc plus d’une heure de tout installer… par contre ça réchauffe car il faut « enterrer » les tentes dans la neige et creuser les toilettes, donc on pelte beaucoup…

On se retrouve tous ensuite dans la tente messe pour le repas du soir. Les réchauds font gagner de précieux degrés à l’intérieur. Le repas chaud fait un bien fou.

Au coucher nous découvrons tout le cérémoniel nécessaire, entre brossage des affaires, changement de vêtements, … cela prend quasiment 20min par personne pour se mettre au lit…

Une fois au fond du duvet, la tente fermée, on se sent un peu « à poil » en cas d’attaque d’ours. On a juste un sifflet pour avertir. Le guide, lui dort dans la tente messe avec le fusil au cas où.


Deuxième Jour : la Mise en Jambe

Alors déjà la nuit c’est pas forcément facile par ce froid (même si ça a été globalement) mais sortir du sac e couchage le matin est une vrai torture. Il faut ensuite ré-enfilé les affaires humides de la veille avec lesquelles on a dormi dans le duvet pour pas qu’elles gèlent ; ensuite il faut enfiler les chaussures qui elles ont gelé et enfin s’extraire de la tente…  Heureusement ce matin il fait beau.

Le petit déjeuner se déroule dans la tente messe. Malheureusement on a oublié le sac des thés et cafés à Longyearbyen. Pour ma part je tournerai donc aux yumyum avec du « Caviar » sur des wasaa (le seul pain qui gèle pas…)

Le « Caviar » Norvégien n’a rien des oeufs d’esturgeon. On est plus sur du tarama en tube. C’est loin d’être fameux mais quand on a faim c’est excellent !

Il faut ensuite ranger le camp, ce qui prend également un temps fou surtout pour ce premier vrai matin d’expe. Au final entre le levé et le départ il se sera passé 3h et on aura pas chômé.

Aujourd’hui on s’équipe avec les skis et on démarre. Enfin plutôt on pense démarrer car au bout de 5mètres Olivier pète une de ses fixations… Retour à la raquette pour lui.

Le début est une légère pente descendante, agréable car la pulka se fait oubliée. La progression en ski est sympa également. La pente se durcie plus loin et ayant un harnais souple je passe mon temps à me prendre la pulka dans les jambes ce qui est pas agréable du tout. De plus je ne gère pas bien les skis qui sont assez différents des skis alpins classiques je chute donc pas mal. Si bien que je casse, moi aussi, ma fixation… Retour aux raquettes donc ainsi que pour Bertrand. Au final après cette journée nous serons tous revenus aux raquettes qui s’avéreront tout à fait pratiques durant le reste de l’expe.

La descente continue dans une vallée, c’est toujours aussi blanc, toujours aussi beau. La météo est au soleil avec un léger vent. Un sentiment de pureté absolue émane du paysage.

Le soir nous bivouaquerons à la confluence de trois vallées. Nous mettrons encore du temps à monter le camp mais un peu moins qu’hier. Par contre la couche de neige est très fine on tombe vite sur de la glace ce qui n’aide ni pour accrocher les tentes, ni pour creuser les toilettes que l’on construira finalement avec des blocs de glace.

Nous sommes arrivés tôt on profite donc de la fin d’après midi. Petit frayeur à un moment car j’ai sorti mes mains pour prendre une photo et en 30s je ne sentais plus un de mes doigts… La sensation reviendra finalement rapidement, le doigt n’était pas gelé mais cela rappelle qu’une gelure peut arriver très très vite surtout avec du vent.


Troisième jour : Premier Coup de Mou

Lever, petit déjeuner, rangement, départ,… La routine est déjà au bout de trois jours. Le froid complique tout. La moindre petite action qui normalement prend quelques secondes prend deux/trois fois plus de temps avec les gants, avec la neige ou le vent. Les gros moufles ne permettent pas de réaliser des actions fines, il faut donc les enlever sauf qu’on a du mal à tenir longtemps dans le froid mains nues ou en sous gants.

Toujours est-il qu’on reprend la route. Nous commençons par de la montée. On sent bien les pulkas dans le dos. La journée se déroule comme d’habitude : du blanc, de la montée, de la descente, encore du blanc et toujours ce sentiment de pureté et cette beauté des paysages. On a de la chance il fait beau.

En fin d’après midi nous allongerons un peu l’étape pour dormir dans une cabane perdue. Comme partout en Norvège on trouve des cabanes, des « Cabin » ou Hytte, libres d’accès et bien pratique en cas de mauvais temps ou pour passer une nuit un peu plus confortable. Notre cabane du soir est toute petite. Il déjà commencer par creuser un peu la neige pour pouvoir rentrer. L’intérieur est spartiate : six lits (constitués de planches), une petit table et c’est tout mais c’est déjà pas mal.

On gagne donc tout le temps de montage ce qui fait qu’on a pas mal de temps libre. Malheureusement, il n’y a pas grand chose à faire par ce froid car l’intérieur de la cabane reste très très froid et surtout humide. C’est donc un peu dur surtout qu’on a bien marché aujourd’hui et qu’on commence à être fatigués. Heureusement la cabane est dans un lieu magnifique légèrement surplombant on profite donc aussi de la vue et de la quiétude. Mais un peu dur ce soir avec le froid quand même.

La fin de journée sera rythmée par le repas et le couché. La nuit ne sera pas forcément meilleures étant donné que ça ronfle un peu dans la cabane …


Quatrième Jour : Dans la Grondalen

Ce matin on a pas à démonter le camp, on prend donc notre temps. Au moment de partir on se rend compte que le Fenrir a rongé une paire de raquette ainsi qu’un bidon d’essence (pour les réchauds) dans la nuit ce qui fait qu’il fuit à présent… Il est gentil ce chien mais il passe ses journées à faire des bêtises et n’est même pas utile pour tirer les pulkas car totalement indiscipliné. Mais bon ça fait un peu d’action.

Le début de journée est la suite de la montée de la veille qui nous mène à un col. Le sentier est assez renfermé et entouré de congères. C’est beau. Je suis bien en forme aujourd’hui en plus donc j’en profite d’autant plus.

Au bout de ce passage « renfermé » se dévoile une immense vallée entièrement blanc, toute droite aux bords doux et arrondi. Au bout la mer, encore recouverte par la banquise en grand partie. Le tout est absolument magnifique.

Notre but aujourd’hui est d’atteindre une cabane perchée sur un Pingo, une colline de glace recouverte de terre. La progression se fait à bon rythme mais la cabane se rapproche pas bien vite étant donné les dimensions colossales de la vallée. Comme il fait beau j’ai vite chaud et donc je sue légèrement ce qui fait qu’à chaque arrêt je me gèle comme je suis humide. En arctique l’ennemi c’est vraiment l’humidité…

Nous arrivons enfin à la cabane. Elle ressemble à celle de la veille, en légèrement plus confortable. Ce soir grand luxe : je change de chaussette pour la première fois (je n’en ai que trois paires..) et ça fait du bien surtout qu’elles sont sèches. Je voulais me laver un peu mais mes lingettes ne dégèle pas même après plusieurs heures sous la doudoune (agréable bloc de glace contre les côtes) ; j’utiliserai donc de la neige pour laver les parties sensibles…c’est mieux que rien.

Fin de soirée classique dans le froid et l’humidité…


Cinquième jour : Jusqu'au Pied de Barenstburg

Petit journée en prévision aujourd’hui. L’idée est d’aller monter le camp un peu avant Barentsburg, non loin de la banquise et d’y passer le lendemain en repos afin de faire un tour dans les environs.

Lorsque l’on part de la cabane c’est jour blanc, on voit rien, on ne distingue pas le sol du ciel. C’est très perturbant et extrêmement facile de s’y perdre. On navigue donc à la boussole et en suivant des traces de motoneiges.

Finalement le soleil arrivera à percer la couche nuageuse en début d’après midi. Nous atteignons notre lieu de bivouac après 8km de marche. Nous sommes tout proche de la banquise et donc potentiellement de l’ours, bien plus que les jours précédents.

Le camp est vite monté mais avec soin car nous allons rester ici le lendemain.

Le soir le soleil nous offre une lumière somptueuse.

Etant donné le risque accru d’une rencontre avec un ours nous allons faire des tours de garde cette nuit. Comme on est quatre plus le guide on fera des rotations toutes les 2h, le guide s’occupant de la première et de la dernière. Pour ma part je tire la garde de 00H-2h. Je dois avouer que le réveil n’est pas facile mais on traine pas car on veut pas que notre camarade qui vient de finir son tour soit trop amputé de sa nuit. On se retrouve donc tout seul avec une lumière entre chien et loup (il ne fait jamais vraiment nuit) à tourner autour du camp avec une simple pistolet d’alarme si jamais un ours se présente. La lumière fait que l’on distingue rien car tout est de la même couleur à cette heure. Le silence est assourdissant, parfois rompu par des cris au loin, sûrement des renards polaires. Pas de rencontre avec un ours ce soir mais une courte nuit. En tous cas on dort un peu plus serein en sachant que quelqu’un veille pendant ce temps.


Sixième Jour : Balade sur la Banquise

Aujourd’hui nous ne bougerons pas le camp mais on se reposera pas vraiment pour autant étant donné qu’on se fera une « balade » de 6h sur la banquise.

Il fait grand beau ça va être une journée sympa. On part léger direction le fond du fjord qui est encore pris dans la glace. Les paysages sont superbes avec au premier plan la « plat » de la banquise et au fond des pics tout en neige et cerclés de glaciers.

Le midi nous nous arrêterons à une cabane sur les hauteurs pour manger. En repartant nous croiserons des rennes, les premiers d’une longue série.

Nous rentrerons ensuite pour une fin de journée calme. Comme il fait beau j’ai réussi à dégeler un peu des lingettes, je fais donc un brin de toilette. Je change même de caleçon et de sous-vêtement ! Le luxe !

Ce soir nous sommes à la moitié du périple. Le moral et le physique sont au vert, tout va bien !

Encore un petit tour de garde ce soir …


Septième Jour : Barentsburg

Nous reprenons la route après cette journée de repos. Direction Barentsburg la cité minière Russe pour un voyage dans le temps à l’ère soviétique.

Avant toute chose il faut ranger le camp sous le vent et attaquer ensuite par une forte montée durant laquelle on ressent bien les pulkas qui n’ont qu’une envie : redescendre. L’arrivée dans la ville se fait par une sorte d’immense zone de dépôt de machines hors d’âge et d’anciens bâtiments en ruine… Sympa. La ville en tant que telle n’est pas beaucoup plus réjouissante avec ces bâtiments figés dans le temps, des tuyaux partout, de la fumée et une austérité soviétique parfaite. Nous arrivons après une longue traversée de la périphérie dans ce qu’on pourrait qualifier de centre ville : en soit l’unique hôtel de la ville, la poste et un petit magasin. Nous décidons de nous arrêter manger à l’hôtel le midi pour changer un peu des YumYum et passer un peu de temps au chaud.

L’intérieur des bâtiments est à la hauteur de l’extérieur figés à l’ère de l’URSS. Nous prendrons donc un repas sans plus et pas bien gros, servi sans le sourire … un vrai plaisir. Par contre quel plaisir de prendre un café ! Ne pas prendre de douche pendant 7 jours ne pose pas trop de problème dans le froid mais dès qu’on passe au chaud, les odeurs se développent… et là c’est un vrai bonheur…!

Nous reprenons la route après cette pause en demie teinte. Nous traversons la seconde partie de la ville, un peu moins industrielle, l’église notamment est jolie dans un style tout à fait slave. Nous quittons donc cette aparté « civilisée » pour retrouver nos solitudes glacées. Nous reprenons au passage le chemin du retour vers Longyearbyen qui longera la côte pendant quelques jours.

Le Svalbard est sous souveraineté Norvégienne et est administré par un gouverneur, le Sysselmannen. Toutefois l’archipel est régi par le Traité du Svalbard qui stipule que n’importe quelle personne peut exploité les ressources naturelles quelque soit sa nationalité. Le Svalbard est également une zone entièrement démilitarisée. Toutefois l’Arctique attire depuis longtemps les convoitises : d’une part, de part ses ressources naturelles (charbon, pétrole, fourrure, …) et d’autre part du fait de sa situation stratégique notamment durant la Guerre Froide (en observant une carte du monde centrée sur le pôle on se rend mieux compte de la proximité des USA et de la Russie). De nos jours s’ajoute à cela la possibilité d’exploiter les passages du Nord Ouest et/ou du Nord Est qui s’ouvrent de plus en plus du fait du réchauffement climatique. Tous ces points expliquent la présence Russe à Barentsburg : bien que la cité minière n’ait plus d’intérêt économique, elle assure une position stratégique à la Russie dans l’Atlantique Nord.

Nous longeons une route relativement ennuyante au sortir de la ville, route qui mène à un petit héliport. Nous prendrons ensuite la direction de l’est en longeant le littoral. Nous croisons quelques rennes paissant tranquillement à la recherche de lichen sous la neige. Le chemin n’est pas très passionnant ni très joli sur cette partie.

Le soir nous logerons dans un bâtiment en semi ruine mais qui nous coupera du vent pour la nuit. Rien de bien confortable pour autant et manquant un peu « d’esthétisme ». J’aurai préféré dormir sous tente, je n’aime pas trop le lieu et je préfère les infinis blancs…


Huitième Jour : du Plat ...

J’ai mal dormi cette nuit, c’était humide sûrement à cause de la proximité de la mer.

Le chemin de la journée aura été extrêmement monotone ; sur le début surtout : du plat, du plat et tout droit…

La seconde partie de la journée est plus sympathique car ponctuée de lits de rivières gelées à passer ce qui permet de mettre un peu de piment à la journée. On croise également beaucoup de rennes dont des jeunes. J’aime bien les rennes, ceux sont de jolies bêtes.

Le soir nous trouverons une nouvelle cabane pour passer la nuit. Cerise sur le gâteau nous pourrons faire un peu de feu dans un vieux pôele et ainsi avoir chaud et sécher un peu nos affaires…


Neuvième Jour : ... Encore du Plat

Une bonne nuit de passée dans la cabane, il faisait même bon…

Nous partons tôt car nous avons une longue longue route aujourd’hui. La marche du jour commencera le long de la Baie des Hollandais mais continuera dans une gigantesque plaine plate et très large… On a l’impression de ne pas avancer et nous mettrons des heures à arriver au bivouac du soir.

Nous nous poserons non loin de l’emplacement du 2e jour, le lieu est toujours aussi beau surtout le soir au couchant.

Comme nous avons un peu le temps le soir nous décidons de nous construire des toilettes de compétition avec un mur en parpaing de neige (répétition d’une volonté de faire un igloo les prochains jours).

La fin de journée sera classique pour un jour de bivouac avec un repas glaciale dans la tente messe, le rituel du déshabillage avant la nuit et une nuit froide avec les chaussettes et les doublures trempées des chaussures dans le sac de couchage pour les faire un peu sécher contre soit…


Dixième et onzième jours : Petite pause sous le col

Le lendemain sera une petite journée. Nous ne sommes pas très loin de Longyearbyen à vol d’oiseau mais il nous reste un col de 600m à passer et ça va pas être une partie de plaisir avec les pulkas (même si elles se sont bien allégées après ces 10j). Comme nous avons bien avancé les derniers jours nous sommes en avance sur la planning, nous allons donc passer une journée sous le col à profiter du lieu.

Avant cela nous allons devoir rejoindre la zone du bivouac par un chemin de montagne bien plus refermé que les jours précédents ce qui change des immenses plaines que l’on a traversé.

Nous posons le bivouac tôt dans la journée ce qui nous permet de savourer la fin d’après midi dans ce qui est un des plus beau bivouac du séjour. L’ambiance est très montagnarde et la vue superbe.

Le onzième jour nous ferons une petite balade sur les hauteurs afin de profiter de la vue mais nous passerons surtout du temps à nous essayer à la construction d’un igloo pour Guillaume et à creuser un abri sous neige pour ma part (ce n’est d’ailleurs ni facile, ni rapide).

Nous profitons surtout de cette journée pour savourer les grands espaces et la pureté car demain nous serons de retour à la civilisation et ensuite de retour à Paris dans le RER. Nous savourons donc le blanc, le silence et l’espace…


Douzième Jour et Retour à la Maison

Dernier levé, dernier rangement du camp, dernier empaquetage des pulkas. On chausse les raquettes et on attaque le col. Le poids du matériel se fait ressentir mais ça passe bien. Derrière une longue pente jusqu’à Longyearbyen.

Nous arriverons en début d’après midi après 12j « perdus » dans la blancheur du Svalbard. L’intérieur des bâtiments nous parait surchauffé après tout ce temps par des températures oscillant entre -5°C et -15°C. Arrivés nous commençons par poser les affaires et on saute tous à la douche presque aussi tôt. Quel bonheur !! Sûrement une des meilleures douches de ma vie ; la première depuis 12j. J’aurai changé 3 fois de chaussettes, 2 fois de caleçons et pas beaucoup plus de sous vêtements thermiques. Je vous laisse imaginer l’odeur à l’intérieur au chaud juste avant la douche.

A présent que nous sommes propres on s’accorde une sieste ; la fatigue et la pression retombent et on s’écroulent tous.

Le reste de la journée sera consacrée au rangement du matériel, à son tri et au repos, on dit également au revoir à Fenrir et Freya avec qui on aura passé des moments sympas même si Fenrir était ingérable (mais drôle). Le soir on se fait un resto et Ô bonheur sans limite on boit une bonne bière fraîche ! D’ailleurs anecdote sympa, on ne porte pas de chaussure dans ce bar (comme dans de nombreux bâtiments ici) car la rue est tellement boueuse ou neigeuse que ça salirai tout, autrement. Tout le monde est donc en chaussette en train de boire des bières.

Le soir on dort comme des bébés dans un vrai lit, encore une fois que du bonheur.

Le lendemain c’est journée libre. On en profite tous pour se reposer, faire des courses de souvenirs, boire des petites bières et profiter encore quelques heures du Svalbard. J’en profite aussi pour finir d’écrire mes carnets en buvant un bon café.

Le soir, nous prenons l’avion assez tard. On se fait donc un restaurant en attendant pour goûter les mets locaux (Renne pour moi).

Le retour se fera sans soucis hormis le « choc » de se retrouver à Paris en quelques heures. Le trajet en RER fait mal ensuite mais je suis quand même content de retrouver mon chez moi et le confort de la vie de tous les jours…Le Blanc paraît déjà loin…


Conclusions

Ce voyage aura été une belle aventure ! Même si je suis passé par une agence ça n’a gâché en rien le plaisir de l’expédition. Au contraire ça m’a permis d’apprendre énormément au contact du guide grâce à ses conseils et à toutes les questions qu’on lui a posé : Merci Manu !

Pour ce qui est du Svalbard, cette terre est à part. Un morceau de Grand Nord accessible en quelques heures et qui vous offre un sacré dépaysement. L’ambiance est géniale même à Longyearbyen car tout le monde est là pour l’aventure, l’isolement,… On se sent invité par la Nature au Svalbard, pas plus ; et parfois on est plus les bienvenus et elle sait nous le faire sentir.

Nous avons vu le Svalbard en hiver mais l’été a l’air très sympa aussi surtout grâce aux expés en kayak. Dans tous les cas je vous conseille de tenter le Svalbard que ce soit en hiver ou en été, à ski, raquette, kayak ou même en croisière. On y sent la force de la Nature mais aussi sa fragilité face au réchauffement…

Quelques infos utiles :