Sommet - Kristinartindar

Kristinartindar - Randonnée dans le Skaftafell

Découvrez la parc du Skaftafell à l’occasion de l’ascension du Kristinartindar (1126m) qui vous permettra d’embrasser une des plus belles vues d’Islande.

Le Parc National de Skaftafell


Initialement fondé en 1967, le Parc National de Skaftafell, d’une superficie de 4800km² est aujourd’hui rattaché au Parc National du Vatnajökull donc il borde l’extrémité sud-ouest.

Facilement accessible depuis la route 1 (4h depuis Reykjavik), le parc propose de belles possibilités d’activités outdoor :

  • Multiple possibilité de randonnées à la journée. La plus connue mène à la cascade de Svartifoss mais il faut aimé la foule… Nous vous proposons, ci-dessous, une randonnée plus engagée mais absolument superbe !
  • Excursions sur glacier : pas mal d’entreprises de guides proposent des sorties de quelques heures sur les glaciers environnants. C’est physiquement accessible au plus grand nombre et cela vous permettra de découvrir de belles formations glaciaires tout en apprenant pleins de choses intéressantes sur les glaciers. C’est également l’occasion de, malheureusement, voir l’impact concret du réchauffement climatique.

Le centre névralgique du parc se situe au niveau du « Visitor Center » (64.016343, -16.966968). Vous y trouverez des infos utiles sur les randonnées mais également des cartes de la zone. On trouvera également un camping agréable, bien que parfois un peu trop peuplé, au pied du départ des sentiers. Autre solution pour la nuit, le petit et beau camping de Svínafell un peu plus à l’Est sur la route 1.

Ascension du Kristinartindar


Si vous cherchez quelle randonnée réaliser lors de votre passage au Skaftafell, l’ascension du Kristinartindar vous offrira assurément l’une des plus belles options. Loin de l’effervescence de Svartifoss (par laquelle on passe tout de même), le sentier vous enchantera tout du long et vous offrira un panorama exceptionnel depuis le sommet.

Pour une distance de 17km et 1100 de D+, la randonnée est physique notamment la partie finale qui se déroule dans un terrain parfois mauvais (glissant et caillouteux), prudence donc ! C’est une randonnée à éviter avec de trop jeunes enfants. Il y a de plus quelques passages un peu « gazeux » à déconseiller aux personnes sujettes au vertige. Hormis cela, le sentier reste accessible.

Une variante évitant le sommet et la portion difficile mais offrant tout de même de magnifiques points de vue, est possible – voir ci-dessous.

SOYEZ BIEN EQUIPÉ POUR CETTE RANDONNÉE. Portez de vraies chaussures de randonnées et pas de simples baskets et soyez vigilants à la météo. Même si il fait beau, prenez de quoi vous couvrir. De même ne négligez pas la quantité d’eau à emmener car la montée en fait perdre beaucoup et on ne croise pas de ruisseau.

Télécharger

Le début du sentiers se situe dans le camping (même lieu que celui menant à Svartifoss). Suivez le chemin en montée jusqu’à la première intersection. De là bifurquez sur la droite. Attention il n’y a pas d’indication claire quant au fait qu’il mène au Kristinartindar et le sentiers peut paraître étonnant mais c’est bien par là.

Le sentiers suit ensuite la crête dans une forêt de petits arbres denses. On aperçoit le glacier en contrebas entre les branches. Lorsque nous empruntons le chemin il est 9h30 et il n’y a quasiment personne.

Au fur et à mesure de la montée, la vue se dégage car la végétation se fait de plus en plus rase avec l’altitude. On découvre enfin la vue notamment côté sandur.

La suite de la montée se fait le long du glacier, de plus en plus beau. En le surplombant ainsi, on se rend compte de sa taille gigantesque alors que ce n’est qu’une langue du Vatnajökull.

Le sentier monte bien mais la pente n’est pas excessive ce qui fait qu’on a bien chaud sans être particulièrement essoufflés. Nous avons une chance folle aujourd’hui car la météo est au grand beau. On aura donc une vue de là haut !

Après cette longue portion tout droit qui longe le glacier, le sentier balisé bifurque d’un coup sur la gauche pour contourner (par la gauche) le gros massif face à vous. Si vous voulez atteindre le sommet, repérez un sentier qui part tout droit dans la pente et qui poursuit ensuite sur la droite, il est bien visible normalement et on trouve quelques marques. Si vous ne voulez pas faire le sommet, suivez le sentier balisé sur la gauche.

Le sentier devient dès à présent plus difficile. N’hésitez pas à faire un break maintenant pour respirer et boire un coup. Vous allez enchaîner quelques montées bien rudes dans une roche qui se délite un peu. Soyez prudent.

Vous arriverez après une forte montée à un épaulement marqué par un gros cairn. Un second sentier rejoint le votre (sentier de descente). Pour le sommet, partez dans la sente rocailleuse qui monte fort en zigzag. Il ne vous reste plus beaucoup de dénivelé ! Courage !

Encore quelques mètres et vous y êtes ! Le sommet est merveilleux avec une vue à 360° et notamment sur l’arête qui s’étend en direction du Nord-Est.

Soyez prudent car ici une chute ne pardonnerait pas ! Nous avons profité de ce paysage à couper le souffle pour faire la pause pic-nique d’autant plus qu’il y avait du soleil et peu de vent. Nous étions peu au sommet d’abord 6 et plus tard juste 4. Il est malheureusement temps de descendre car il vous reste du chemin ! Pour cela, empruntez le même chemin qu’à la montée jusqu’au gros cairn plus bas.

La descente peut être impressionnante, prenez votre temps.

De là bifurquez vers le second sentier qui part tout droit le long de la pente.

Cette portion peut être fatiguante pour les chevilles, attention. En bas de cette longue descente, vous rejoignez le sentier balisé que vous suivrez en continuant sur votre droite. Plus loin vous pourrez admirer l’autre versant du parc.

Il ne vous reste alors qu’à suivre la longue descente qui vous ramène vers le Visitor Center, en prenant tout de même le temps d’admirer les paysages.

Sur la descente, après une table d’observation, suivez le sentier balisé sur la gauche. Il vous conduira à Svartifoss. En général le lieu est noir de monde mais la cascade vaut le détour.

Encore un peu de marche et vous voilà revenu à votre point de départ ! Félicitations ! Nous espérons que cette randonnée vous inspirera car elle propose des paysages vraiment superbes, parmi les plus beaux que nous ayons vu durant notre séjour. Même si vous ne faites pas le sommet, les vues à la montée et à la descente valent le coup ! Et pour fêter cette belle marche, le Visitor Center propose une cafétéria avec tout ce qu’il faut en boisson et en cinnamon rolls !


Landmannalaugar

Landmannalaugar - Hautes terres Islandaises

Le Landmannalaugar est un massif situé dans les hautes terres Islandaises. Le site est particulièrement connu et réputé pour ses couleurs qui sont dues au volcanisme très présent dans la région mais également pour ses sources chaudes naturelles. Départ ou arrivée du fameux Laugavegur, le Landmannalaugar mérite de s’y arrêter pour l’explorer et le découvrir.

Le Landmannalaugar


Géologie

Les extraordinaires couleurs du Landmannalaugar sont dues au fer contenu dans la rhyolite, la principale roche du site. En effet, la lave s’est formé sous une calotte glaciaire ce qui a permis une interaction entre la roche et l’eau de fonte. On parle ici de tuf rhyolithique.

Vous croiserez également beaucoup d’obsidienne, du verre volcanique. Cette roche est magnifique lorsqu’elle est mouillée.

Rejoindre le Landmannalaugar

Le landmannalaugar est accessible par une bonne poste sur laquelle vous devrez tout de même traverser au moins deux gués. L’accès est donc réservé au 4×4. Pour accès au site suivez les F225 puis 224 à partir de la route 26.

Le site est également accessible grâce à plusieurs services de bus. Nous avons opté pour Reykjavík Excursion car les bus partent du centre de la capitale et proposaient des horaires qui nous convenaient. Si vous souhaitez plus d’informations : https://www.re.is/tour/landmannalaugar-iceland-on-your-own/

Ce trajet est le premier que nous avons fait sur une F-road et est vraiment beau. Essayez de prendre une place à l’avant en bus si vous voulez profitez de la vue.

Que faire au Landmannalaugar ?

Le Landmannalaugar est une des extrémités du fameux Laugavegur que nous avons eu la chance de parcourir. Mais vous pouvez également rayonner à la journée depuis le camp pour de belles randonnées à la journée comme nous vous le présentons ci-dessous.

Le Landmannalaugar est également connu pour ses sources chaudes. C’est un arrêt obligatoire si vous venez ici. La source un peu en retrait du tumulte du parking est superbe. La température doit être autour des 40°C mais est modulable car des courants froid et chaud se rejoignent dans le bassin principal, vous permettant ainsi de trouver l’emplacement qui vous conviendra le mieux. Le fond est en gravier fin ce qui fait que l’eau est très claire. Une structure permet d’entreposer ses affaires pendant la baignade. Seul point noir et pas des moindres : le monde ! L’après midi lorsque les bus sont arrivés c’est la folie ! Nous vous conseillons donc d’y aller le soir ou encore mieux le matin ! Nous avons eu la chance d’être que trois dans le bassin en y allant vers 9h. Un vrai bonheur surtout après une nuit fraîche.

Infos pratiques

Où dormir ? Plusieurs solutions :

  • Le refuge de « FI », l’association de randonnée Islandaise. La nuit est à 9000ISK. Je vous conseille de réserver longtemps à l’avance vue l’affluence … Plus d’infos : https://www.fi.is/en/mountain-huts/all-mountain-huts/view/landmannalaugar
  • En tente : il y a une grande aire de bivouac. N’imaginez pas le beau bivouac sauvage et confortable : le sol est en rocaille et le terrain est situé trop près du parking. Nous avons également trouvé le site bruyant même en pleine nuit … Il vous en coûtera 1000ISK par nuit par personne …

Ravitaillement

Sur place vous pourrez achetez quelques produits de base comme des lyophi ou du gaz. Le tout à prix d’or évidemment mais cela reste pratique au cas où.

Découvrir le Landmannalaugar - Ascension du Bláhnúkur (945m)


Le Landmannalaugar offre de nombreuses possibilités de randonnées. Nous vous proposons ici, un itinéraire accessible au plus grand nombre qui permet de découvrir la richesse du site sur une petit demie-journée, de quoi vous laisser le temps de profiter des sources chaudes ensuite. Celui-ci vous mène au sommet du Bláhnúkur à 945m se qui vous permet d’admirer le paysage alentour. Vous découvrirez ensuite la richesse des couleurs et des structures du Landmannalaugar avant de vous rendre vers une zone de fumerolles. Le retour se fait à travers un champ de lave pétrifié. Vous aurez ainsi un aperçu complet de ce que peut vous offrir le Landmannalaugar.

Carte d’identité : 

  • Distance : 6.5km
  • Durée : environ 3h15min
  • Dénivelé positif : 350m

L’itinéraire est accessible ci-dessous :

 

Télécharger

Le début de la randonnée se situe au bout du parking vers le sud. Face à vous, après une petite portion dans un ancien lit de rivière, se dresse une montagne en roche verdâtre (la rhyolite) sur laquelle on voit clairement un sentier monter en zigzag. Continuer légèrement sur la gauche (100m) pour trouver le début du sentier qui rejoint l’arête à main droite.

On le voit bien sur la photo ci-dessous :

Il « suffit » de suivre le sentier jusqu’au sommet. Soyez simplement prudent avec le terrain qui n’est pas toujours bien stable (sable et scories) et qui doit être glissant si il pleut. La montée est assez raide mais prenez votre temps elle se fait rapidement. La montée offre des vues de plus en plus belles, de quoi garder la motivation !

Vous voilà au sommet ! La vue est époustouflante ! Lorsque nous l’avons fait il faisait gris mais cela ne gâche en rien les couleurs qui restent fantastiques.

Vous pouvez ensuite commencer la descente qui suit l’arête direction SO.

Vous arriverez à une partie plus plate, ici prenez à droite (en direction du nord) dans une sorte de gorge. Le sentier est magnifique ici ainsi que les couleurs environnantes !

Suivez le chemin (attention certaines portions peuvent être glissantes). Rejoignez ensuite le chemin balisé en direction des fumerolles légèrement sur les hauteurs. De là plusieurs solutions : vous pouvez redescendre par le Laugavegur, vous pouvez également enchaîner sur l’ascension du Brennisteinsalda (881m) ou bien, comme nous, faire demi tour et poursuivre dans le champs de lave.

Le sentier poursuit en longeant la petite rivière brennisteinsöldukvisl avant de revenir au niveau du départ.

Il ne vous reste alors qu’à retourner au camp avant d’aller vous détendre dans les sources chaudes ! Nous avons mis 3h20min pour réaliser ce trajet sans se presser et en prenant pas mal de photo.

Il existe un autre itinéraire, le « Skalli », qui fait 15km et qui réalise une longue boucle par le sud. Ce chemin offre également des vues extraordinaires sur des roches aux teintes superbes. Attention les topo indique que c’est un chemin pénible en cas de mauvais temps. Pour le réaliser partez vers le sud et suivez les potelés coiffés de bleu.


Panorama du sommet du Mont Thabor

Ascension du Mont Thabor

Le Mont Thabor est situé dans les Alpes du nord au Sud Ouest de Modane, coincé entre le massif de la Vanoise et le massif des Ecrins. L’ascension de ses 3178m ne présente pas de difficultés pour des randonneurs en forme. Nous avons choisi pour ces quatre jours de savourer, le premier jour sera consacré au voyage aller et à la montée au refuge du Mont Thabor (2500m), le deuxième jour nous ferons une petite randonnée dans le coin et pour le troisième jour nous monterons enfin au sommet du Mont. Nous avons pris un léger risque car partant le weekend du 11 Novembre nous pourrons avoir beaucoup de neige comme pas du tout,… nous verrons sur place.

La vidéo réalisée par Quentin après ces quelques jours :

Télécharger

Premier jour - Montée au Refuge du Mont Thabor (2500m)

Cela faisait un an que je voulais faire cette randonnée et gravir le Mont Thabor (3178m) mais j’avais dû repousser car les conditions météo de l’année précédente n’était pas bonne et que nous n’avions pas pu planifier une date. Mais voilà cette fois-ci c’est la bonne, la météo est au beau fixe pour les trois prochains jours et nous nous rejoignons tous à Gare de Lyon le samedi matin pour un départ matinal. Nous sommes cinq pour ces quatre jours au pied du Mont Thabor : Hélène, Jeff, Quentin, Joanne et moi même. Un des avantages de cette randonnée est qu’elle est directement accessible depuis la gare de Modane mais cela rajoute un bout de chemin en comparaison à des personnes venant en voiture.

Quelques heures, donc, après le départ, nous voici arrivés à Modane. Il fait grand beau. Il est déjà 14h et nous avons quelques heures de montée. Il ne faut pas traîner car nous sommes en Novembre et le soleil se couche vers 19h…

Pour rejoindre le début de la randonnée, il faut partir vers l’ouest en sortant de la gare ; on arrive rapidement à un passage souterrain qu’il faut prendre pour traverser les voies ferroviaires. On prend ensuite sur la droite et à 300m de là le début du chemin se dévoile sur la gauche sous le viaduc. L’endroit n’est pas très beau… C’est donc ici que la rando commence réellement ; 1500m de dénivelé nous attendent. Et ça commence fort! On attaque directement par un chemin qui monte raide en traversant une route forestière. Cette dernière était en travaux lorsque nous sommes passés il y avait donc pas mal d’engins de chantier. En plus d’être fatigués du voyage et du chemin qui grimpe, nos sacs sont bien lourds car étant donné que nous resterons trois nuits au refuge du Mt Thabor nous avons pris pas mal de nourriture et même un peu de vin pour faire de bons repas. Le poids des sacs s’en fait très clairement ressentir.

Cette première portion nous fait donc grimper de 600m assez rapidement. Sans être magnifique le chemin n’est pas déplaisant surtout grâce aux couleurs d’automnes qui font rougeoyer les mélèzes. Nous évoluons dans la forêt en suivant le ruisseau de Charmaix. La vue par contre est assez bouchée et on n’aperçoit que quelques sommets au dessus des arbres.

Nous dépasseront rapidement la station de Valfréjus, le chemin se fait plus beau et plus plat, on progresse bien mais la jour baisse déjà nous ne pouvons pas traîner.

Après quelques heures on rejoint le Lavoir après être passer à côté d’un ancien fort militaire donc ne dépasse du sol qu’un impressionnant bunker, celui-ci faisant parti de la ligne Maginot.

Si vous venez en voiture il est possible de la laisser garer au Lavoir (1941m) économisant ainsi quelques heures de marche avant d’attaquer la montée vers le refuge.

Le paysage commence à se dévoiler à partir de ce moment, derrière nous le massif de la Vanoise en montre en partie et face à nous le reste du chemin vers le refuge qui est encore loin, les sommets sont blancs, on aura surement un peu de progression à faire dans la neige. Tout le monde commence à ressentir un peu de fatigue mais pas question de baisser la cadence car il commence à faire sombre…

Après la forte montée du lavoir (sur un chemin carrossable pas très agréable) nous arrivons sur un replat (qui monte quand même), on commence à apercevoir le refuge du Mont Thabor au loin. On peut également constater qu’une grosse portion du chemin est sous la neige c’était à prévoir. Heureusement celle-ci se montrera suffisamment dure pour le pas avoir à progresser en raquettes pendant les trois jours. Le « plateau » est parsemé de petites cabanes pastorales, certaines en ruines, d’autres en bonne état, voir habitées comme en témoigne la fumée qui sort de certaines cheminées.

Nous sommes dans la neige. Heureusement elle est assez dure pour pouvoir marcher dessus même si cela nous ralenti. Le soleil est couché mais il fait encore jour pour une heure ou deux max. Nous n’avons toujours pas croiser âme qui vivent. Le refuge se rapproche de plus en plus, on aperçoit de la lumière à l’intérieur, nous ne serons pas seuls ce soir.

Nous finirons la montée dans la nuit à la frontale comme prévu. On arrivera enfin au refuge à 20h30 après ces 1500m de D+ bien long.

Le refuge est lorsque nous arrivons. Il doit bien y avoir 20-25 personnes en plus de nous. Ils ont tous fini de manger on a donc la cuisine de disponible pour se faire une bonne plâtrée de purée à la sardine.

Le refuge est sympa. L’entrée se fait par un sas qui donne sur la salle de vie principal. Il y a en tout quatre grande table qui peuvent loger chacune 10 personnes au moins. La cuisine d’été est fermée étant donné que le refuge n’est pas gardé à cette saison mais une petite cuisine est à disposition avec des casseroles, des couverts et de la vaisselle. L’eau va se chercher dans une fontaine un peu au dessus du refuge grâce à de gros jerrican. Au centre de la pièce de vie on trouve un gros poêle salvateur qui chauffe très fort. On retrouve toutes les chaussures de rando en cercle à sécher tels des adorateurs devant leur dieu. Il y a deux dortoirs dans le couloir directement après la salle de vie et d’autres places encore dans un couloir plus loin. Ces dernières places sont froide car la chaleur du poële n’y parvient pas. Les lits sont classiques pour un refuge. Il y a suffisamment de couvertures pour tout le monde. On trouvera deux toilettes sèches non loin des dortoirs qui sont même éclairées, de même pour toutes les autres pièces ! Quel luxe ! En résumé, le refuge est sympathique et tout à fait confortable pour un refuge d’hiver. Le bois pour le chauffage se trouve empilé tout autour du refuge.

De notre côté après cette bonne assiette de purée nous nous dirigeons tous vers le lit afin de récupérer de cette longue journée commencée à 6h à Paris Gare de Lyon. On ne mettra pas longtemps à s’endormir.


Deuxième journée - Petite Balade

La nuit aura été assez classique pour une nuit en refuge : chaud, froid et ronflement. Comme nous n’avons pas de programme précis pour aujourd’hui certains traînent un peu au lit. On se retrouvera tous vers 9h pour un café et un bon petit déjeuner. Après concertation on décide de faire une “petite” randonnée vers le col de la Roue (2541m). Encore une fois il fait grand beau et nous partirons tardivement vers 10h30. Le chemin est relativement facile car presque à altitude constante. Pour y parvenir on suivra le chemin “haut” qui longe la Replanette et qui débouche au col éponyme à 2338m. On passe en dessous d’une ruine qui était une vieille baraque des postes. Après une bonne descente, on poursuit le chemin sur le “Tour des Rois Mages”. Arrivés à un croisement des chemins vers 2300m on se pose pour pique niquer sous le col. Il n’y a personne encore une fois et on profite du soleil.

Le repas pris nous décidons de ne pas pousser au col de la Roue car nous souhaitons d’une part ne pas trop pousser après la journée de la veille et l’ascension du lendemain et d’autre pas ne pas rentrer trop tard au refuge pour aussi en profiter pour lire, discuter …

Le retour se fera droit dans le vallon hors sentier. On récupéra le chemin principal à la montée sous le col de la Replanette. S’en suivra un retour sans soucis jusqu’au refuge si ce n’est l’ultime pente gelée juste sous le refuge qui nous cassera à chaque fois qu’on la prendra.

Arrivés au refuge, nous sommes seuls (pour l’instant) et chacun vaque à ses occupations : repos, petit thé ou lecture. Quentin et moi décidons de fournir un peu le stock de petites bûches pour le poêle car celles stockées sont un peu grande. Nous nous donnerons donc à une saine activité de bûcheronnage avec les moyens du bord. On arrivera au final à sortir de quoi tenir la soirée et le lendemain en bûche. En tous cas débiter du bois réchauffe bien !

Nous serons rejoint en fin d’après midi par quelques randonneurs mais moins nombreux que la veille (peut être un dizaine). Je croiserai d’ailleurs un collègue du boulot… Le monde est petit. Afin de contenter nos estomac vides nous cuisinerons avec Jeff une grosse casserole de spaghettis à la tomate et au thon, de quoi tenir au corps ; on n’oubliera pas un bon verre de vin issu du cubi que l’on a monté ! Le grand luxe encore une fois ! La soirée se finira par des parties endiablées de “Hong Kong Monopoly” et de “Trou d’uc”. Demain on attaque le Mont Thabor !


Troisième jour - Ascension du Mont Thabor

La nuit n’aura pas été mauvaise encore une fois. Nous réveillons tous tôt cette fois-ci et prenons un bon petit déjeuner en prévision de la journée qui nous attend. Le dénivelé pour le sommet n’est bien important (environ 600m) mais la distance horizontale est assez conséquente et avoisine les 15km. Nous nous attendons, de plus, à en faire une grosse partie dans la neige mais il a fait froid cette nuit, la neige sera donc surement dure le matin pour la montée et ramollira en début d’après midi à la descente ce qui nous va bien.

Le départ se fait à 9h, nous sommes léger car nous ne prenons que de petits sacs pour la journée avec juste de l’eau et de quoi manger. On descend vers le col de la Vallée Etroite puis nous tournons vers la droite. Le chemin est déneigé sur cette portion et évolue à altitude constante, nous progressons donc rapidement mais en prenant tout de même le temps d’admirer la vue sur le Thabor mais également sur les Alpes alentours.

Nous récupérons la neige dans le fond du Vallon du Peyron. Le lac est d’ailleurs totalement gelé. Il n’y a personne pour changer et l’endroit est beau. On peut voir du bas toute la montée qui nous reste juste à la Chapelle sommitale que l’on commence à apercevoir. Première grosse montée (200D+) après le lac qui débouche sur “Les chances du Peyron”. Petite pause le temps de manger un bout et de s’hydrater. Le chemin continue ensuite en pente douce jusqu’au col de Méandes (2727m) auquel on croise le chemin venant de la Vallée Etroite. Quelques personnes sont visibles en contrebas.

Le chemin continue par une montée bien raide sur 200m. La neige ne gène pas voir même permet de faire des marches qui facilitent un peu la montée. Nous continuons ensuite en suivant les croix qui balisent le chemin. Dernière montée sous la chapelle. Jeff est déjà arrivé en haut je le suis avec Quentin juste derrière (la dernière montée aura été dure pour ma part). Hélène et Stéphanie nous rejoindrons quelques minutes plus tard motivée par la pression des autres marcheurs derrière elle 🙂

Voilà, nous y sommes ou presque car la chapelle est quelques mètres sous le sommet. Celui-ci est relativement plat. On y retrouve quelques marcheurs mais il y a peu de monde. La vue est superbe : au nord la Vanoise et au sud les Écrins (retrouvez également notre Tour des Écrins et de l’Oisans – Lien) dont on distingue clairement la Barre des Écrins, La Meije et d’autres sommets bien connus et à 360° des sommets à perte de vue. Séance photo pour immortaliser le moment.

Nous redescendons à la chapelle pour prendre notre déjeuner. Pour ce qui est de la chapelle c’est un petit bâtiment rectangulaire dont l’intérieur est constitué d’une pièce unique séparée deux par une grille. On y retrouve un crucifix et de nombreux objets déposés par les visiteurs. Le temps est superbe, on chauffe au soleil bien à l’abri du vent.

Une fois le repas fini il est temps de penser à la redescente. Comme celle-ci risque d’être longue du fait de la neige (plus molle) si on marche “normalement” je propose une descente type ramasse afin de gagner un peu de temps. Un peu frileux au départ tout le monde s’y met avec plus ou moins de succès au final et on descend en 30min ce que l’on a monté en 2h. On revient donc vite au lac du Peyron. J’ai trouvé le chemin qui suit très long jusqu’au col de la Vallée Etroite, surtout du fait que c’est le même qu’à l’aller. Au final nous reviendrons au refuge vers 16h. Nous sommes seul encore une fois. Nous attaquons une nouvelle tournée de bois avec Quentin pendant que les autres font la sieste ou bouquinent. Le soir ressemblera au précédents mais avec encore moins de personnes au refuge. Bon petit repas, jeux de société et dodo


Quatrième jour - Le retour

Journée de retour … Chacun range sans grande motivation à l’idée d’être de retour en ville ce soir… Nous quitterons tout de même le refuge vers 9h après avoir dûment réglé nos nuitées. Pour le retour nous passerons par les Chalets de Mounioz par le nord de la Combe de la Grande Montagne. La descente se fait rapidement et nous retrouvons le chemin de l’aller. Les genoux se feront douloureux surtout sur la fin du chemin car le sentier se fait plus dur. Nous arriverons à destination vers 11h30 Direction un petit bar local pour prendre une bonne bière rafraîchissante et bien méritée surtout. On ira également une grande pizza avant de prendre le train et de retrouver Paris à 20h…

Au final ces quatre jours en ont paru beaucoup plus ; comme souvent pour ce genre de weekend. Sans forcément être le plus bel endroit des Alpes, le refuge offre un beau panorama et la vue du sommet du Mont Thabor vaut vraiment l’ascension. Je n’ai jamais fait cette randonnée en été mais je la conseille vivement comme balade tardive dans la saison comme nous l’avons fait. La neige donne un petit goût de haute montagne à l’ascension et surtout ajoute un esthétique indéniable. Avantage et non des moindres, le refuge d’hiver est super confortable ce qui est agréable tout de même surtout le soir.

Quelques infos :


La Cime du Pied de Barry, Parc National des Ecrins

Entre la Muzelle et le Lauvitel

3jours

de randonnée

18km

parcourus

1800m

D+

2lacs

Nous cherchions une randonnée de quelques jours avec possibilité de bivouac et en particulier près de lacs. Je connaissais déjà le Parc National des Ecrins et plus particulièrement la Bérarde. Je souhaitais y retourner depuis quelques temps. C’est donc en cherchant dans ce massif que nous avons trouvé ces deux lacs : la Muzelle perchée à 2105m surplombée par la Roche de la Muzelle (3465m) et le Lauvitel situé à 1530m, entouré de parois impressionnantes. C’était décidé : nous irons passé quelques jours en autonomie entre ces lacs entre le 18 et 22 juin 2015.

Télécharger

Logo Parc National des Ecrins
Logo du Parc National des Ecrins

Le parc National des Ecrins est un parc National français situé dans les Alpes près de Grenoble et s’étendant en grande partie sur le Massif des Ecrins. Il a été créé en 27 mars 1973.

D’une surface de 918km², le parc culmine au sommet de la Barre des Ecrins à 4102m.

Pour plus d’informations : http://www.ecrins-parcnational.fr/le-parc-national


Première journée - Montée au Lac de la Muzelle (2105m)

Nous somme arrivés la veille dans le Massif des Ecrins. Nous avons passé la nuit au charmant gîte du Plan du Lac entre Vénosc et St Christophe en Oisans.

L’ascension vers le lac de la Muzelle se fait en général depuis Bourd d’Arud en suivant une portion du GR54 (retrouvez également notre Tour des Ecrins et de l’Oisans le long du GR54 – Lien). Nous avons décidé de ne pas suivre le chemin habituel et de passé par la Cîme du Pied de Barry. Ce chemin peu emprunté (nous ne croiserons absolument personne jusqu’à l’arrivée au refuge de la Muzelle) commence derrière le gîte du Plan du Lac, non loin de la cascade de la Pisse et monte jusqu’à 2637m à la Cime du Pied de Barry avant de redescendre sur la Muzelle. Il offre de superbes vue sur les Ecrins et propose un passage sur une jolie arrête bien large mais qui reste aérienne.

Nous avons quitté le gîte sans nous presser vers 8h45. La journée commence bien rapidement car nous croisons un chamois juste à côté de la cascade. Il fait beau et les prévisions sont bonnes. Tout est réuni pour une belle journée.

La randonnée commence directement par une forte pente qui nous mène au Lanchatra, un minuscule village perché, peu ou pas habité. Une fois au dessus du village la pente reste forte mais la vue sur la vallée se dégage. Par contre nous commençons à être envahis de mouches. Cela restera une constante sur toute cette journée et sur les suivantes (légèrement atténué) : des dizaines de mouches qui vous tournent autour de la tête et pas mal de taons…

Cette partie du chemin devient plus abrupte encore, il faut pas mal se servir de ses mains. L’évolution est quasiment verticale car après presque une ou deux heures de marche on est toujours en vue du gîte en contrebas. Après un bon dénivelé (600m ?), le chemin commence à suivre la la crête. On se trouve plein étage alpin tout en fleur en ce mois de juin.

Variante possible : une variante à envisager est « l’ascension » du sommet de la Clôche (2328m)

Après le col de la Clôche nous nous posons pour déjeuner. Les attaques de mouches gâchent un peu le moment et je me fais piquer par un taon… Nous repartons en direction de la fameuse crête ; c’est un très beau passage qui ne présente pas de risque si on fait attention mais qui donne une belle impression aérienne. Voilà déjà 2-3h que nous sommes parti, nous n’avons et nous ne croiserons personne, on est au coeur des Ecrins,… tout va bien.

La montée reprendre de plus belle après ce beau passage. Nous croiserons un petit troupeau de mouton paissant paisiblement et heureusement pour nous non gardé par un patou. Nous arrivons enfin en dessous de la Cîme du Pied de Barry. Le chemin disparaît quasiment ici et bifurque sur la droite (vers l’ONO) pour attaquer une descente relativement raide et sans trace visible. Nous profiterons de la vue juste avant cette partie en prenant un café (nous avions pris la Mocca…) face au Massif.

La descente bien que fatiguante car évoluant dans un terrain herbeux assez chaotique nous offre aussi un le spectacle des fleurs de printemps et des marmottes. On rejoint le chemin plus bas, non loin de ce qui semble être une ruine (une ancienne bergerie peut être) pour partir vers le refuge qui n’est plus très loin. Sur le chemin on passe non loin d’une des dernières tourbières des Ecrins, milieux extrêmement fragile. Ce n’est que là, après quasiment que l’on croise des personnes et pas n’importe qui : la gardienne du refuge et une personne de l’équipe qui monte pour ouvrir pour le week-end.

L’arrivée sur le refuge et le lac de la Muzelle est superbe. Le paysage dévoile un grand cirque fermé au fond par l’impressionnant col de la Muzelle. Le Lac est niché au fond de la dépression. Etant donné que nous sommes tôt dans la saison, de nombreuses plaques de neiges sont présentes sur les parois environnantes et se réfléchissent sur la surface du lac. Après une pause rafraîchissante au refuge, profitant de la présente de la gardienne, nous allons poser le bivouac légèrement au dessus du lac non loin du déversoir. La vue est superbe, il fait beau et nous n’aurons croisé que la gardienne, son équipière et un gars qui fait le GR54 et avec qui on mangera le soir. Nous ne nous coucherons pas tard après les 1500m de D+ que l’on vient de réaliser.


2e Journée - De la Muzelle au Lauvitel

Il a fait relativement froid cette nuit étant donné que la tente était gelée le matin mais nous avons bien dormi dans notre sac de couchage douillet. Comme le programme de la journée n’est pas très chargée nous prenons notre temps le matin en attendant que le soleil vienne réchauffé la tente.

Le petit déjeuner sera vite avalé et nous rangeons le camp avant de repartir en direction du Lac du Lauvitel.

Nous passerons par le col du Vallon (2540m) pour rejoindre le Lac du Lauvitel. Mais avant cela nous nous arrêtons 5min pour trouver une Geocache placée sous un rocher non loin du chemin.

L’ascension suit un chemin qui zigzag jusqu’au col. La vue est absolument superbe sur le Lac de la Muzelle en contrebas. Nous avons de la chance car c’est sous un grand soleil que nous marcherons encore aujourd’hui. La montée ne pose pas de difficulté particulière notamment grâce au sentier bien étagé. Arrivés au col nous nous posons pour manger un bout et surtout admirer le paysage. Un bouquetin nous fait même le plaisir de passer juste à côté tout en prenant son temps. Il n’y a personne…

Nous entamons, après cette pause, la longue descente jusqu’au Lac du Lauvitel. Plus de 1000m de D-. Heureusement le chemin est bon et la vue est belle, il suit le ruisseau de l’Embernard sur quasiment toute la descente. Le Lac se dévoile rapidement en dessous de nous et nous le voyons se rapprocher au fur et à mesure, doucement. La partie basse du sentier passe par une zone fraichement écroulée. Nous avions d’ailleurs décalé le séjour car des travaux de sécurisation étaient en cours les semaines précédentes et le chemin était interdit. Mais ce jour-ci nous passons sans encombres.

Nous arrivons enfin au Lac. Il y a un peu de monde car le chemin pour y monter depuis la vallée est simple et rapide. Il y a une grande étendue d’herbe avec deux tentes déjà et de l’autre côté du lac quelques chalets. Le Lac est très beau, il est niché entre de grandes falaises sauf sur le côté ouest où il s’ouvre sur un vallon qui est une réserve intégrale. Seul bémol, une ligne électrique qui passe au dessus du lac mais qui ne gâche pas non plus la beauté de l’endroit.

Nous ne voulons pas être trop proche des autres campeurs, nous partons donc sur la gauche vers un chaos rocheux car nous pensons trouver un emplacement pour la tente derrière celui-ci si on en croit la carte. Nous trouvons effectivement un espace juste à côté du lac et dos au rocher bien caché des autres personnes pouvant être sur la partie herbeuse. Nous montons la tente rapidement puis nous profitons du lieu et de sa sérénité.

Nous finirons la soirée en prenant un bon repas chaud et en admirant le coucher de soleil sur la montagne.


3e Journée - Descente et retour

La nuit aura été bonne et moins froide que la veille étant donné que nous étions beaucoup plus bas. Le réveil se fait à l’ombre mais l’endroit est toujours aussi beau. Nous prenons notre petit déjeuner sans nous presser car le programme de la journée n’implique que de redescendre jusqu’à la Danchère avant de retourner au plan du Lac pour reprendre la voiture et rentrer à la maison.

La descente est sympathique, elle suit le ruisseau de la Selle qui se transforme en ruisseau du Lauvitel plus bas. Nous croisons quelques personnes qui font la montée.

Voilà, nous sommes en bas … Après 2 grandes journées en haut, seuls, la vue bouchées de la vallées est étrange. Afin d’accélérer le retour (nous avons de la route ensuite pour rentrer) on décide de faire du stop. Je pense qu’il n’y a jamais eu de stop plus efficace, à peine le pouce était levé que deux gars en van s’arrêtent et nous dépose au gîte du premier jour.

Cette escapade sur trois jours aura été un vrai bol d’air. Les Ecrins sont magnifiques et sont moins courus que d’autres parties des Alpes. La nature y est forte et présente. Ce tour est à conseiller pour tout ceux qui veulent découvrir la montagne et passer deux nuits en bivouac. On peut le faciliter en montant à la Muzelle depuis Bourd d’Arud.

Quelques infos :

  • Carte IGN : IGN TOP 25 3336 ET  (1/25000e)
  • Site du refuge de la Muzelle : Lien